1. Mes decouvertes (5 - Expériences)


    datte: 03/02/2018, Catégories: ff, fff, ffh, vacances, plage, bateau, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, noculotte, intermast, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, plage, Auteur: Julia_bleau, Source: Revebebe

    <hdeux>Nos expériences (suite)</hdeux> De tout ce que nous vivons depuis un moment, entre nous, Agnès et moi, et maintenant nos complices, les petites anecdotes portant sur nos jeux en vacances ont une place particulière. Ceci depuis déjà un moment, c’est-à-dire depuis qu’avec Agnès nous avons commencé à nous aimer, et à prendre du plaisir ensemble, et aujourd’hui encore. Nos petits jeux, nos moments complices avec les parents en Espagne, et à la maison également, et ce jusqu’à encore aujourd’hui. Depuis que nous avons découvert le plaisir en fait. L’été en général, mais l’Espagne en particulier, nous annonce toujours des instants privilégiés. Déjà parce que le soleil et la chaleur sont des facteurs propices à une façon d’être plus libre, plus érotique, plus sensuelle, plus sexy. Et ensuite parce que c’est un peu un endroit fait pour s’amuser. Évidement cela passe par nos tenues, accentué par notre manie du sans-dessous-dessous. Possible aussi par chez nous, mais beaucoup plus facile ici. Nos tenues et l’ambiance générale de cette période, ambiance électrique, et partagée par tous. Tous les jours, il y a un moment, et surtout plusieurs, où il se passe quelque chose qui déclenche un plaisir, une émotion, une envie. Instants érotiques. Des instants provoqués aussi. Déjà les plages. Et les tenues pour ces plages. Nous avons le choix, à chaque fois que nous partons pour la plage, et cela se décide en fonction du temps que l’on a, et du temps que l’on souhaite rester. La plage ...
    classique, la grande, qui donne sur la ville, quand nous savons qu’après nous devons aller en ville, ou partir en visite, ou simplement envie de rester au jardin. La plage des nudistes, quand nous avons un peu plus de temps, même si celle-ci est en prolongement de la première, elle est malgré tout un plus loin du centre ville. Et puis « notre » crique, nudiste en grande partie, quand nous décidons d’y passer la journée. Plus loin, elle oblige à prendre la voiture. Les deux autres, c’est en vélo. Le vélo, nous le prenons soit en maillot et jupe pour la plage classique, soit nue sous nos jupes quand nous partons pour la plage nudiste. Tenue de rigueur pour les trois nanas de la maison. Et sur la route, le père circule tout autour de sa troupe, et jette un œil, rarement discret, à chacune d’entre nous pour vérifier, comme si cela était utile, que nous n’avons pas dérogé. C’est avec malice que quand il se retourne, les pieds sur les pédales, un petit écart des cuisses, lui prouve qu’il a tort de s’inquiéter. Il part alors en faisant le fou sur son vélo, debout sur les pédales, à se faire remarquer des passants, et revient pour vérifier encore et encore. Il a beau nous voir toute la journée, nues, mais ces instants sont des instants savoureux pour lui. Et pour nous, ils le sont tout autant. Nous jouons. Sur la grande plage, maillot obligatoire. Mais mono pour nous toutes. Nous nous installons généralement face à l’avenue par laquelle nous arrivons, une avenue large, de parking d’un ...
«1234...13»