1. Après midi crapuleuse


    datte: 04/02/2018, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Baiserjouir, Source: Hds

    C’est le début de l’été: il fait très chaud dans mon midi. Nous déjeunons: ma femme me fait un clin d’œil, sans rien dire: les enfants sont encore à la maison. Ma femme passe derrière moi pour me dire que la chaleur l’a forcé ne garder sur elle que ce vieux peignoir que je n’aime pas du tout: elle n’a pas d’autre vêtement. Pour que je soit convaincu, elle s’arrête contre moi, Je peux passer le main furtivement et je suis excité: j’ai pu toucher une fesse. L’heure avance et les enfants partent à l’école. Nous voilà enfin seuls. Je suis encore assis quand elle vient en face de moi, de l’autre coté de la table. Lentement elle enlève ce sacré peignoir. Je peux la voir nue comme jamais. Je crois bien que c’est la première fois qu’elle se met nue si vite. Elle se caresse les seins, descend une main sur son bas ventre et la loge entre ses cuisses qu’elle écarte: je vois qu’elle pose ses deux doigts préféré sur son bouton. Je commence à me lever pour la rejoindre: elle m’interdit de venir. Et pourtant je bande, j’ai envie d’elle. Aujourd’hui elle veut se donner du plaisir sans que je la touche. Habituellement elle se masturbe souvent devant moi, souvent aussi sans moi. Elle l’a d’ailleurs fait ce matin en revêtant de seul vêtement Cette fois elle joue un scénario de fil porno. Pour se caresser mieux, elle se baisse un peu pour arriver n’importa où dans sa fente: elle commence par ce qu’elle aime: le clitoris. Elle le fait ressortir encore un peu. Ces deus doigts se posent sur le ...
    bouton que je vois fort bien, elle les agite de plus en plus vite. Elle penche sa tête en arrière: je sais qu’elle va jouir. Elle pousse le même soupir que quand je la suce. Sa main passe sur ses lèvres intimes avant d’aller très loin, sur son anus. Elle le caresse lentement comme elle le ferait avec un chaton. En guise de chaton, si elle le flatte, elle y enfonce ces doigts. Les allers et venues la font encore jouir. Cette fois je n‘en peux plus: où je vais avec elle ou je me branle. Je lui tends ma main qu’elle accepte. Je voudrai aller dans le chambre; elle refuse: tout doit se passe ici. Nous allons nous assoir sur le divan où je peux enfin l’embrasser. Elle ouvre sa bouche pour accueillir ma langue. Si je l’enlace, elle commence à enlever ma chemise et défait la boucle de ma ceinture. Je bande tellement qu’elle n’arrive pas à sortir ma queue. Je me lève, juste le temps de me mettre nu. Je reviens vers elle: cette fois elle me tend les bras. J’oublie sa bouche pour me concentrer sur ses seins. Ils sont plus que durs: ma bouche les embrasse l’un après l’autre. Je prend un téton que je suce comme un bébé. Elle pose une main sur ma tête. Quelque chose me dit que nous n’allons pas souvent jouir comme maintenant. Son autre main vient prendre ma pine: elle ne fait que la caresser très lentement: elle ne me branle pas, pourtant elle sait si bien le faire. Elle prend mes couilles comme pour les soupeser. Elle le caresse très doucement en faisant bien attention de ne pas me faire mal. ...
«1234»