1. Franck et moi ( Suite de mon assistante )


    datte: 05/02/2018, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Souris, Source: Hds

    De retour chez moi, je m'empressai d'aller me faire couler un bain chaud. Je vivais seule depuis maintenant deux ans. Pendant ma première année de veuvage, je n'avais plus de goût pour les relations intimes. La seconde année, mes amies biens attentionnées m'ont présentée à plusieurs amis mais pas un n'avait su réveiller en moi le désir et l'envie comme l'avait fait Isabelle ces deux derniers jours. Je me déshabillai dans la salle de bain, détaillant mon image dans le miroir. J'étais assez grande, la peau blanche qui contrastait avec mes cheveux brun très foncés, une silhouette harmonieuse dont j'étais assez fière. Mes seins mis en valeur dans un soutien gorge corbeille, mes hanches rondes, héritage familial de ma grand-mère italienne, mes fesses rondes et fermes, mon abonnement à la salle de sport était, malgré le prix prohibitif, bien rentabilisé. La dentelle de mon boxer glissa le long de mes jambes, laissant apparaître un sexe imberbe et la boucle de l'œuf vibrant que j'avais fini par oublier. Le souvenir des ondes de plaisir diffusa dans mes reins une douce chaleur. Je le retirai alors presque à regret. La cyprine accumulée durant l’après-midi coulait doucement sur le haut de mes cuisses. Je rougis légèrement. J'avais une heure pour me préparer au repas d'affaire avec Franck, le directeur des achats et Monsieur Moreaux. Je me lavai rapidement puis m'affairai à m’habiller, je mis un ensemble noir string et soutien gorge, des bas. Je séchai mes cheveux et commençais mon ...
    maquillage, toujours très léger à peine, de fond de teint et du mascara pour souligner mes yeux verts et du rouge à lèvres. En moins d'une demi-heure, j'étais prête, coiffée et maquillée. J'avais mis ma robe noire simple mais élégante. Il me restait juste à mettre mes boucles d'oreille et mes chaussures. Un dernier regard dans le miroir. Je vis l'œuf encore posé. Je le nettoyai et hésitai un instant... Il me restait un peu de temps. J'enduisis donc l'œuf de lubrifiant, écartai mon string et l’introduisis doucement dans ma chatte. Sentir mon intimité se remplir me rappelait à quel point le sexe me manquait. Je quittai la salle de bain pour me rendre au salon récupérer mon sac et la télécommande qui était dedans. Une fois en main, je mis l'œuf en fonctionnement. Une douce vibration se diffusa dans mon bas ventre. Je décidai d'accompagner ma séance d'un verre de whisky. À peine installée dans mon divan, je bus une gorgée puis augmentai l'intensité. Tout à coup, la sonnerie de l'interphone me surprit et mon doigt appuya par erreur sur le programme maximum. Mon plaisir fut presque instantané, aussi violent qu'inattendu. Je coupai la télécommande, vidai mon verre et me dirigeai vers l'interphone, les jambes flageolantes et le souffle court mais ce fut la sonnerie de la porte qui retentit. Je pris une grande inspiration, vérifiai mon reflet et ouvris la porte. « Bonsoir, Franck. - Bonsoir Caroline, je me suis permis de monter avec votre voisine. Comme j'étais en avance, je me suis dit ...
«1234»