1. Lettres d'une femme mariée - 2


    datte: 05/02/2018, Catégories: fh, couple, extracon, Collègues / Travail, Collègues / Travail, fsoumise, hdomine, humilié(e), Voyeur / Exhib / Nudisme, noculotte, BDSM / Fétichisme, odeurs, intermast, journal, confession, extraconj, Auteur: Lauriolan,

    Sur les conseils de son mari, une femme se rend à son entretien d’embauche dans une tenue des plus séduisantes. Elle ne sait pas combien cette première rencontre va l’engager auprès de son nouveau patron. Très rapidement elle perçoit que son destin est en train de basculer et découvre en elle une part de féminité jusqu’ici insoupçonnée. Un pacte étrange s’est scellé entre elle et son nouvel employeur : rédiger des lettres à son propre mari qui, à terme, ne doivent rien cacher de son amour naissant et des multiples expériences qu’elle sera amenée à connaître. Samedi 2 mai Mon chéri, Hier soir, je voulais me donner entièrement à toi, mais j’avais peur que tu te doutes de quelque chose. Pour « t’allumer », je me suis approchée, alors que tu étais allongé en train de lire, vêtue de ma nuisette transparente, en dessous de laquelle je portais les sous-vêtements qui avaient été les miens durant toute cette journée. Cela m’excitait de me dévoiler à demi nue en pensant que j’attisais ton désir par la vision de ma petite culotte, celle-là même qui, quelques heures auparavant, avait tellement troublé Michel Il en était de même de mon soutien-gorge dont l’armature en partie visible n’avait pas contribué qu’un peu à émouvoir mon nouveau soupirant, comme elle avait ému ce jeune mari, à l’accueil de l’agence Je t’ai laissé me regarder avec complaisance j’aurais aimé que ce soit lui qui me voie ainsi, quasiment nue, et déjà je me prenais à l’imaginer à ta place. Ce soir-là, bien plus que ...
    d’habitude, j’ai fermé les yeux quand nous avons fait l’amour. Je ressentais ton odeur et le grain soyeux de ta peau me rappelait que j’étais dans tes bras, mais je pensais à lui autant qu’il est possible. Avec un effort de concentration qui témoignait de la force de mon amour, je me plaisais à m’imaginer m’abandonnant à ses caresses, et laissant pénétrer mes chairs intimes de son sexe humide et chaud ! J’ai joui comme jamais et tes compliments soutenus ce soir-là m’ont montré que cela t’avait plu ! Ce qui m’a rassurée sur ma capacité à le séduire ! Le lendemain, j’étais plus heureuse encore de reprendre le travail. Je n’avais jamais connu auparavant ce délicieux privilège d’être payée pour faire ce que j’adore le plus au monde : satisfaire au mieux les volontés de l’être que j’aime. Chaque jour, il me faut trouver des vêtements appropriés qui puissent séduire, attirer les regards, sans jamais franchir les bornes de la vulgarité et puis je dois aussi convaincre les femmes, si je veux emporter des contrats Depuis que j’ai ce travail, tu as sans doute remarqué à quel point j’accorde de l’importance à mon apparence, et le temps que j’y consacre avant de partir le matin. Et encore, tu ne sais pas la plupart du temps ce que je porte en dessous. J’ai pour ma part bien compris le message de mon séduisant employeur. Michel attend de moi que je sois plus féminine encore lorsqu’il s’agit des vêtements que lui seul sera, s’il le souhaite, amené à découvrir Il prétend qu’en portant une ...
«1234...15»