1. Dialogues Interdits – Épisode 12 – Nom d’une chauve-souris


    datte: 05/02/2018, Catégories: A dormir debout, Auteur: Theo-kosma, Source: Hds

    Dialogues Interdits, ou les conversations subversives et légères de deux personnages. Une série d’histoires complètes, dont les épisodes peuvent se lire dans n’importe quel sens. Chaque samedi matin à 9 H, retrouvez un nouvel épisode de Théo Kosma. ––––––– – Tu te souviens des Batman de Christopher Nolan ? – Bien sûr, on les a vus ensemble. – Eh bien, je me demande si je ne sors pas avec lui. – Avec qui, Batman ou Nolan ? – Plutôt Batman. – Nolan ça reste possible, même si fort improbable. Batman, par contre – Mon mec en a une sacrée caractéristique assez troublante. – Ultra costaud ? Mystérieux, secret, disparaissant et réapparaissant inexplicablement ? – Un peu, un peu Le plus marquant, c’est cette voix qui change. – Ah, oui. Tu fais référence à ce timbre sexy de gentleman de Bruce Wayne, puis dès qu’il est en mode dark knight à cette voix sombre et rocailleuse et sexy également je trouve. – Ben voilà, mon mec est comme ça. – Ton mec s’appelle Jean-Michel. Dur pour un justicier masqué ! Personne va le prendre au sérieux. Tu ne le mettrais pas un peu trop sur un piédestal ? Il est gentil et charmant mais bon, je le verrais plus incarner une musaraigne qu’une chauve-souris. – Idiote ! Jean-Michel est très bien. Sous la couette, il est étrange – C’est là qu’il se transforme ? – Oui pour ainsi dire. Pas l’apparence évidemment. Les gestes, le regard et surtout la voix. – Quand il te traite de salope, ou qu’il te dit que tu es bonne ? – Il ne me traite jamais. Je parle de quand ...
    il gémit, et quand il jouit. – Ah, tu as un mec sonore ? – Et pas qu’un peu. – Bingo ! J’adore ce style. Qui ne se cache pas derrière une fausse virilité ou un orgueil mal placé. Si tu savais le nombre d’hommes dont je vois le visage grimacer parce qu’ils se retiennent. Bouh ! Tu as de la chance, à l’occasion si la chasse n’est pas gardée faudra que tu me le prêtes. À moins que sa voix soit terrorisante ? – Pas du tout ! Elle m’excite. Elle n’a rien d’horrible, elle est juste pas banale. – Décris-la moi. – Ça ne se décrit pas tellement. Une gravité, une force, une rondeur dans le son. Je ne peux pas dire ! – Alors envoie-moi au moins un SMS à votre prochain coup, que je passe dans le couloir et colle mon oreille contre la porte. – Là oui à la rigueur, ça peut se faire. – Ce que tu vies avec lui a l’air de t’ennuyer. – Franchement, j’aimerais autant qu’il soit plus discret. – Vas-y moins hard, sois plus douce – Rien que lui mordiller le lobe de l’oreille le met dans tous ses états. J’ai tout essayé ! Le sucer moins fort, resserrer les cuisses pour qu’il aille moins profond, blinder mon trou de lubrifiant pour qu’il me sodomise comme dans du beurre en ayant moins de ressentis Rien n’y a fait. – C’est l’amour ! – Va savoir. Il m’a dit qu’il n’avait jamais autant joui avec une autre. À moins qu’il le dise à toutes les filles qu’il croise. – C’est si grave, qu’on vous entende un peu ? – En principe, non. Là où je suis mal, c’est que Jean-Mi est une tête connue dans la résidence. ...
«12»