1. Escapade africaine


    datte: 06/02/2018, Catégories: fff, fbi, jeunes, couleurs, vacances, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, fmast, confession, fbi, Voyeur / Exhib / Nudisme, mastf, Auteur: Anophèle, Source: Revebebe

    « Il faut se méfier des histoires lestes. Ceux qui les vivent s’abstiennent généralement de les raconter. » ooOoo C’était au temps d’Houphouët. La Côte d’Ivoire vivait dans le calme et l’indolence qu’assument plus ou moins la prospérité économique et la quiétude intérieure savamment ordonnée. — Air Afrique 2-3-2 posez ! Couvrant le sifflement des réacteurs, la voix nasillarde venait de briser le silence qui règne généralement en phase finale d’atterrissage. Simple erreur de commutation dont la vertu fut d’apaiser le brave pachyderme qui lui avait gentiment empoisonné le vol. Vanessa se sentait libérée de ce rôle de nounou improvisée qu’elle avait accepté de bon gré pour décharger un peu le personnel de bord. Après tout, on ne peut pas reprocher à quelqu’un d’avoir peur en avion, ni d’être démesurément large. — Ben vous voyez l’avion il était pas gââté, dit-elle en réprimant un bâillement. Car tenter un flirt avec Morphée quand on est coincée dans un demi-siège, c’est se brancher en mode « essayé-pas-pu ». Libérée, mais pas soulagée. Son dernier petit besoin, c’était à Roissy avant d’embarquer. En vol, elle se serait bien risquée à atteindre l’un des espaces appropriés, mais soit ils étaient occupés, soit c’est son encombrant voisin qui la suppliait de ne pas le laisser seul. Le monsieur s’était répandu et excluait obstinément le moindre mouvement, hormis celui d’un doigt réprobateur. Forcer le passage eut été une entreprise aussi présomptueuse qu’acrobatique. La position ...
    debout dans le couloir en attendant que les portes s’ouvrent n’arrangeait rien. Même en serrant les cuisses, même en se déhanchant ou en mettant les pieds bout à bout, même et surtout en essayant de penser à autre chose. Oups là, il fallait marquer dommage ! Impossible de se retenir plus longtemps. En plus, ça ne se bousculait pas trop du côté porte. Elle ne pouvait pas débarquer comme ça. L’auréole incongrue se voyait, alors tant pis si elle sortait la dernière. Il y avait par chance la petite jupe blanche dans son bagage à main, celle qu’elle avait prévu de troquer contre ses jeans avant d’arriver, mais pas de culotte. Ses vêtements étaient dans la valise, en soute. Bref, le temps de s’arrêter au petit coin avant la sortie, de tomber les jeans et le slip et de les enfiler dans le bagage à main le tour était joué. La nuit aussi était tombée. Une bouffée d’air humide à 30°, puis le hall et le tapis roulant des bagages, encore immobile. Gilles était là. Mamadou aussi, qui s’occuperait de récupérer la valise et de la mettre dans le bus du Club avec celles des autres passagers, ceux qui avaient choisi de fêter le réveillon dans l’ambiance d’Assinie, version Trigano. — Vous avez un foutu retard Viens, la voiture est mal garée, lança Gilles en ajoutant, bougon comme à son habitude : Pas envie de palabrer pendant deux heures, ni de lâcher dix mille CFA pour des nèfles. Il fallait rejoindre les autres au resto. Une rotonde sur la baie du Banco, poissons et langoustes à volonté, ...
«1234...12»