1. exhibition maritime


    datte: 06/02/2018, Catégories: Partouze, Voyeur / Exhib / Nudisme, Auteur: pascalebaron,

    Exhibition maritime Nous avons un voilier depuis longtemps. Il y a quelques temps, nous prenions un verre avec deux copains de mon homme qui les a invités à venir naviguer. Un des deux a demandé si j’étais d’accord. Pierre a répondu que j’étais très obéissante. Je connais assez que pour savoir que cela présage une journée « fun ». Sur le ponton, la tenue standard c’est polo, pantalon de toile. Un bikini y est aussi rare que dans une église. Je jour là, Pierre m’a fait mettre un bikini noir, soutif minuscule, string, et un short. Avant que les invités n’arrivent, il m’a envoyé à la voiture. Tout un ponton à parcourir, une passerelle à gravir, un parking à traverser. C’est un jour de semaine, même si on est en été, donc il y a peu de monde, ouf. Ils sont arrivés. Je les trouve très câlins quand ils font la bise. Au moment où on va lâcher les amarres, Pierre me dit de retirer le haut. Il est fou, je dois me promener sur le pont pour défaire les nœuds sur les taquets, rentrer les amarres. Il veut que je le fasse seins nus. Je commence à m’exécuter. Le calvaire n’est pas fini. Comme d’accoutumée, un voisin sympa vient tenir le balcon avant du bateau pour éviter qu’il ne bouge quand tout est largué et que l’on va commencer la manoeuvre. Il mate mes seins tout à son aise. Il a un âge où le spectacle doit lui suffire mais le remercier, penchée au dessus du balcon pour récupérer l’amarre, les seins pendant et ballotant, c’est troublant. Pierre donne le coup de marche arrière et on se ...
    dégage du ponton. Ma tâche suivante c’est rentrer les défenses et lover les amarres. Les deux copains restent assis mais me regardent avec un plaisir évident. Au moment où je vais quitter le cockpit pour faire mon boulot, Pierre me dit de tirer le short. Il est fou. J’obéis mais je sais que je vais devoir faire le tour du bateau sur le pont, en string, mes fesses à l’air et que comme ça prend du temps, Pierre va tourner dans le bassin du port jusqu’à fin d’exécution, pour ne pas prendre de risque de perte d’équilibre. Je me concentre sur ma tâche pour éviter de voir si sur d’autres bateaux des mateurs se régalent. Les deux copains quand je reviens ont le culot de dire qu’ils trouvent que j’ai un beau cul… On se dirige vers le chenal. Je vais devoir m’occuper de l’enrouleur de grand-voile. Je suis dans le cockpit, debout près de la descente attendant qu’il me dise que je peux envoyer. Je suis penchée en avant, derrière la capote qui couvre la descente, mes fesses offertes aux regards des passagers. Pierre me dit d’ôter le string. Il est complètement fou. J’obéis et reprends la position. J’ai maintenant mon abricot offert. J’envoie la voile et je borde, au winch, les seins secoués par l’effort. Dans le chenal, je m’assieds. J’ai le choix, sur tribord, tous les gens qui sont sur l’estacade Ouest me verront mais de loin et avec un angle faible et donc un peu cachée par la banquette opposée et l’hiloire. Sur bâbord, les passants rares de l’estacade Est me verront de plus près avec ...
«12»