1. La Procession de Sainte-Florine


    datte: 06/02/2018, Catégories: fh, Inceste, copains, religion, campagne, ascenseur, fête, intermast, Oral, Oral, fsodo, Auteur: Tanis,

    Ceci est une suite auGantier de Sainte-Florine (n° 15025) Ce jour-là, comme tous les matins, Émilie de Sainte-Aude scrutait les paroissiens de Sainte-Florine ; les plus dévots qui se présentaient là, accompagnant sa mère ; et les nouveaux, les rescapés ou les égarés qu’elle voyait agenouillés pour la première fois, face au chœur de Notre-Dame. Le silence n’était troublé que par un murmure presque inaudible sortant du confessionnal, ainsi que des bruits de chaises en osier qui craquaient sous les genoux des fidèles. Demain serait un jour particulier. Une fois l’an, le char contenant la Sainte chasse de Sainte Florine ferait le grand tour du village accompagnée de nombreux cavaliers. Merveilleux travail d’orfèvrerie datant du moyen-âge, celle-ci contenait les reliques de la Sainte. Et c’est tiré par quatre gros chevaux de trait que le char parcourrait les sentiers des champs et les rues entourant le village afin d’intercéder les bienfaits de Sainte Florine pour une année encore. Émilie regardait délicatement du côté de la rangée des hommes, cherchant des visages connus. Il y avait là les notables de la ville et beaucoup de fidèles qu’elle ne connaissait pas. Tournant la tête un peu plus vers la gauche, elle aperçut Julien de la Boissière. Leurs regards se croisèrent, et d’un léger mouvement de tête, il la salua. Etonnée et rougissante de voir cet ami d’enfance à Sainte-Florine, Émilie se tourna vers sa mère pour lui poser la question, lorsque celle-ci lui chuchota : — C’est à ...
    ton tour Émilie, Mme de *** est sortie du confessionnal. Celle-ci se leva et rajustant sa robe, se dirigea vers ce grand meuble muni d’une porte centrale et de deux rideaux latéraux. Soulevant l’un des deux, elle s’agenouilla sur le petit coussin de velours rouge destiné à protéger les genoux. Face à elle, une grille obturée pour le moment par une porte à glissière luisait faiblement dans l’obscurité. Émilie songeuse se demanda ce qu’elle allait dire au chanoine Guillaume de Bloissac. Déjà celui-ci lui avait rappelé la nécessité de se confesser régulièrement, d’éviter ainsi de laisser son âme s’enliser dans les tourments, et surtout d’accumuler en soi mauvaises pensées et actions. Il lui avait même fait parvenir une lettre qui était ainsi conçue : C’était signé :Guillaume de Bloissac, chanoine. L’image de Julien lui revint. Il n’habitait plus Sainte-Florine, ses parents ayant déménagé dans sa jeunesse. Que faisait-il ici dans son village ? Peut-être venait-il assister lui aussi à la procession qui aurait lieu le lendemain ? Ses réflexions furent interrompues par le coulissement du portillon la séparant du prêtre. — Mon Père, je suis venue comme vous me l’avez suggéré, chuchota Émilie.— Ah ! C’est toi Émilie ! En effet, il me semble que je ne t’ai plus entendue en confession voici bien longtemps ! J’espère que ce n’est pas parce que tu as des choses à cacher !— Oh non Monsieur le curé, mais je suis toujours un peu dépourvue dans ce que je dois dire ici— En effet, en effet, tu ...
«1234...12»