1. Place de la Comédie


    datte: 07/02/2018, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Baiserjouir,

    La vie est belle; il fait beau et chaud. Je suis assis sur la terrasse d’un bistrot, Place de la Comédie. Je suis servi par une belle fille, pas farouche pour deux sous. Je ne m’intéresse à elle que pour passer le temps. J’attends une copine, Claire, qui m’a donné rendez-vous. Ce sera notre deuxième rencontre. Je suis arrivé plus tôt simplement pour savoir si elle a le sens de l’exactitude. ll est presque 16 heures quand je la vois de loin: les hommes se retourne sur elle: elle est non seulement belle, elle est aussi très sexy, avec sa jupe courte, son débardeur qui certainement ne cache pas son soutien gorge. Je me demande même si elle porte un dessous quelconque. Je lève mon bras pour qu’elle me voit. Elle me rejoint avec son grand sourire. Elle semble heureuse de me voir: je me lève pour en homme bien élevé lui tirer la chaise et la faire s’installer. La serveuse qui rodait par là vient rapidement prendre la commande: deux cafés. Elle me regarde avec un peu de jalousie (au fond d’elle-même, elle devait penser: je vais me le faire). Claire est trop belle pour que je l’ignore. En attendant la serveuse et ses cafés je prends la main pour la caresser. Elle me regarde en souriant. Je monte légèrement ma main sur son avant bras. Claire pose sa main sur la mienne en la caressant aussi. Nous oublions tout, même les cafés. Je laisse de la monnaie sur la table et nous sortons. Je ne sais où elle veut aller, comme elle ne le sait pas non plus. Nous rodons un moment jusqu’à aller en ...
    bas de chez moi. Je l’invite à venir dans mes « appartements »: un simple studio. En souriant elle accepte de monter. Je crois qu’elle pense que j’en profite pour faire ce que font les garçons et les filles depuis toujours. Si elle s’imagine que je l’ai fait volontairement elle ne se trompe pas. En pensant à notre rendez vous avant d’y aller j’avais fais un énorme effort en rangeant tout. Son sourire me laisse à penser qu’elle est déjà prête à subir les derniers outrages. Je ne lui reprend la main que pour monter à mon étage. Elle la serre de plus en plus. Enfin seuls je peux me permettre d’aller plus loin: hier nous nous sommes embrassés longuement. Aujourd’hui j’espère plus qu’un baiser. Je veux la baiser. De toutes façons si elle est montée chez moi, elle savait fort bien ce qu’elle risquait; sans doute qu’elle aussi veux que je la prenne. Donc nous revenons très près l’un de l’autre. Je pose mes lèvres sur sa bouche qu’elle ouvre pour me donner sa langue. Nous restons soudés un bon moment, tellement que je commence à bander, ho, juste un début d’ érection. Elle commence à prendre l’initiative de poser sa man, justement sur ma queue. Je ne peux faire autrement que d’en faire autant. Je passe un bras autour de sa taille pour d’abord caresser une fesses, et faire remonter sa jupe pour passer ma main sur sa raie. Je vais tout en bas pour lui caresser l’anus. Elle se laisse faire en poussant vers ma main son arrière train. Elle me caresse la queue maintenant carrément. Elle me ...
«123»