1. Betty découvre la vidéo X


    datte: 07/02/2018, Catégories: fhh, extraoffre, inconnu, copains, Voyeur / Exhib / Nudisme, vidéox, Oral, Oral, double, Partouze, fsodo, hgode, init, totalsexe, filmx, Auteur: Captain Beaujol,

    Cette histoire est l’une des plus étranges qui me soit arrivée. À l’époque, je vivais seul dans un petit deux-pièces du cinquième arrondissement. Non seulement j’étais célibataire mais je dois avouer que ma vie amoureuse ressemblait à un désert. Je me contentais de très rares aventures sans lendemain. Tout simplement, je n’avais pas encore trouvé la femme idéale. Cette situation correspondait plutôt mal à mon tempérament méditerranéen un peu chaud. Du coup, j’avais recours à ma grande passion : les films pornographiques. J’en avais toute une collection, soigneusement choisis dans les magasins de vidéos ou dans les sex-shops. J’aimais lire les « critiques » dans la presse masculine, faire mon choix en regardant les photos, les jaquettes. J’avais fini par développer un goût et un instinct pour choisir avec certitude un bon film, évitant les arnaques ou tout simplement les films manquant d’esthétique. Quasiment chaque week-end, je me procurais ainsi un nouveau film et m’adonnais pendant quelques soirées aux joies de la masturbation, certain que c’était là un moyen comme un autre d’attendre la femme qui saurait me révéler totalement. Je n’étais pas seul dans ce cas, du reste, et plusieurs de mes bons amis auxquels je m’étais confié pratiquaient la vidéo pornographique à des degrés divers. Avec plaisir, je partageais mes goûts en leur prêtant des DVD ou même, dans le cas de mon meilleur ami, en les visionnant avec lui. Bien que nous n’en parlions pas aux autres copains, nous ...
    vivions ces soirées avec innocence et sans plus qu’une très légère ambiguïté. Le film terminé, nous sortions souvent dans un bar pour refaire le monde, comme les deux vieux potes que nous étions. Ce soir-là, Jurgen devait justement passer. Il revenait d’un job de plusieurs mois en Suisse et commençait à me manquer véritablement. Pour l’occasion, j’avais déniché ce que je supposais être une petite perle dans un sex-shop du boulevard Montmartre. La jaquette annonçait trois de mes actrices préférées dont une brune plantureuse qui donnait chaque fois l’impression d’aimer ce quelle faisait (à tel point que j’étais persuadé qu’elle prenait réellement du plaisir à tourner). Il y avait également deux ou trois acteurs masculins plutôt beau gars et bien dotés, à en croire les photos au dos du DVD. Enfin, le scénario, ou plutôt « l’argument » comme l’on dit pour ce genre de film, avait l’air accrocheur quoique fort classique comme souvent dans ce domaine. J’attendais Jurgen, donc, en sirotant un petit pur malt sans glace, vautré dans le canapé. Mes yeux ne cessaient de revenir à la jaquette, posée devant moi sur la table basse. Le DVD était déjà dans le lecteur mais je ne l’avais pas encore visionné. Nous aimions souvent découvrir en commun mes trouvailles. Quand le film était bon, nous avions parfois jusqu’à trois ou quatre orgasmes chacun avant de sortir au pub. — Mon vieux Paul, inutile de draguer dans ces conditions-là, m’avait fait remarquer Jurgen en riant, un soir où nous avions ...
«1234...8»