1. Ma fiancée me trompe avec... (4)


    datte: 08/02/2018, Catégories: Hétéro, Auteur: Edd,

    21 janvier 2015, Lucile s’est mise en quatre pour égayer la soirée Je me rappelle les yeux brillants et interrogateurs du réceptionniste à la vue de ma compagne, les remerciements de cette dernière après avoir été longuement complimenté sur sa beauté. Son corps agréable dissimulé sous une robe de soirée écarlate, Lucile sait qu’elle est sous le feu des projecteurs. Ils sont quelques-uns à tourner la tête lorsque nous traversons le restaurant pour rejoindre notre table mais la seule vraie personne qui compte ce soir, c’est moi. Lucile a passé tout son temps à me chauffer. Si vous croyez que trois semaines loin de mon père ont suffi à calmer ses ardeurs Il est tard quand nous débarquons devant la porte de l’appartement, serrés l’un contre l’autre, nous embrassant sans la moindre retenue. Ma main droite remonte lentement la cuisse de Lucile, soulève le bas de sa robe et découvre qu’elle ne porte pas de culotte – elle m’avoue s’en être débarrassée pendant le dîner. Sa chatte plus humide que jamais dégouline au contact de mes doigts, provoque chez moi une érection si forte qu’elle en devient douloureuse. Nous continuons à l’intérieur, ayant entendu des bruits de pas dans les escaliers. Heureusement pour nous la musique des voisins couvre l’essentiel de nos ébats — Anhhh ! Guillaume C’est ça ! Oui Baise ta salope de fiancée ! Agenouillée sur le lit, le corps en avant, les fesses redressées et les cuisses ouvertes au possible, Lucile se branle sauvagement tandis que je la pénètre, ...
    glissant à l’occasion quelques mots bien salaces. Je la devine toute proche de l’orgasme car ses cris se font plus appuyés. — Oh, mon Dieu ! Je Oui ! Oooouuuuiiii ! Lucile caresse de plus belle manière son petit bouton d’amour, souille les draps de sa mouille abondante. Mon pénis qui se trouve alors dans son anus est pris en étau. Je la tiens fermement par les hanches, la pilonne aussi vite que je peux avant de me répandre dans ses entrailles. Je clame haut et fort ma jouissance tandis que Lucile croule sous son propre poids – comblés tous les deux. Une fois remise de ses émotions, Lucile vient se coller contre moi, embrasse mon torse et descend lentement vers mon ventre, fait tressaillir mes muscles. Elle affiche un petit sourire en coin lorsque nos regards se croisent, approche sa bouche de mon sexe ramolli et du bout des lèvres le branle sur toute sa longueur. — Tu sais que je t’aime, lui dis-je entre deux soupirs. — Comme un fou. — Je ne devrais pas y penser mais — Tu te demande si je couche avec un autre. — C’est le cas ? — Bien sûr que non. Lucile a toujours les yeux fixés sur moi. Elle tire la langue, chatouille la pointe de ma verge et dessine des petits cercles autour. Sa main droite se pose alors sur mon membre qui s’érige lentement, le palpe en douceur — Tu aimerais qu’il en soit autrement ? me demande Lucile, qui embrasse maintenant la base de mon sexe. Mon souffle devient plus rapide à mesure que Lucile approche de mes testicules. Elle a quelque chose en tête. Je ...
«1234...»