1. Étudiant chez l'habitant (8)


    datte: 08/02/2018, Catégories: Partouze, Auteur: sckad96, Source: Xstory

    tétons pour soulever ses seins sous sa gorge et réalisa une jolie cravate de notaire à Jean-Paul qui commençait à souffler. - Alors mon chéri, elle n'a pas perdu la main, la Lolo, t'as l'air heureux ! Dit Danielle en revenant de la cuisine, puis s'adressant à sa fille : - Hein, qu'il a meilleur mine le zizi de ton père ! Tu ne trouves pas Mathilde? - Oh si, carrément, j'peux l'sucer ? - Tatata, non mademoiselle Vous, vous regardez. Tout en parlant Danielle s'était allongée sur le dos sur la table basse et avait pris ses cuisses de ses mains relevant ses jambes en position bien écartée. - C'est quand tu veux mon chéri ! Laurence si tu veux bien ? A regrets, Laurence stoppa sa fellation et Jean-Paul prit place entre les cuisses de son épouse. - Vas-y, enfonces-la moi mon amour ! Défonces-la moi qu'elle jute bien ! Les paroles crues de Danielle revenaient, nous savions tous ce que cela voulait dire. Son langage fleuri ne tarda pas à remplir la pièce si bien que nous ne pouvions même pas échanger quelques mots. Laurence avait glissé sa main sous les fesses de l'homme et lui caressait les bourses pendant qu'il besognait violemment sa femme. Au bout de quelques minutes, il se cambra soudainement, pénétra son sexe au plus profond de l'antre de sa femme et ne bougea plus. Après un temps, il se retira doucement. Sur sa hampe s'étalait le résultat de leur coït : un mélange de leurs deux substances. L'ouverture de la vulve de Danielle brillait. Jean-Paul, après s'être relevé, était allé ...
    dans la cuisine et revint avec un plat sur lequel était disposé une vingtaine de knakis tièdes. - C'est presque prêt ! Dit Danielle en souriant. - Humm, dites-moi, mais c'est que ça devient de plus en plus intéressant tout ça! Remarqua Laurence. J'étais interloqué. Et encore plus lorsque je vis Jean-Paul enfourner une à une les saucisses dans la moule humide de sa femme. Celle-ci commentait disant qu'elles étaient bien chaudes, qu'il fallait bien la remplir, qu'il y avait de la place Son mari venait d'introduire la dernière saucisse et imprimait des allers retours dans le sexe béant. Même si cela lui arrachait des petites plaintes, Danielle accompagnait le mouvement par des balancements du bassin. Les saucisses luisaient de fluides. - Voilà, c'est prêt ! Vous pouvez vous servir maintenant ! Déclara Jean-Paul. - Bon appétit ! Lança Danielle Laurence fut la première a retirer sa saucisse de la chatte de son amie, suivi de près par Mathilde et son père. Ils me regardaient, attendant que je me serve moi aussi... Après une hésitation, j'attrapai le bout d'une et la fit coulisser lentement hors du sexe de Danielle. Nous étions tous les trois, une saucisse à la main, un verre dans l'autre, assis autour du « réceptacle » à apéritif de Danielle. Nous admirions sa chatte écartée par la charcuterie dégoulinante de jus. - Mmmh, c'est gouteux ! lança Laurence après avoir croqué un bout. Mathilde avait préféré lécher la sienne avant de l'engloutir tandis que son père mordait à pleine dent ...