1. Étudiant chez l'habitant (8)


    datte: 08/02/2018, Catégories: Partouze, Auteur: sckad96, Source: Xstory

    de son géniteur, c'était doux, onctueux, un peu gluant! Mon érection était à son summum. Toujours en m'embrassant, Mathilde, à califourchon sur moi, se saisit de ma verge et la guida vers son puits d'amour. Elle s'empala directement sur mon membre. Sa chatte était moelleuse, c'était un bonheur de sentir enfin son vagin se contracter sur mon bâton de chair. Ses petits seins effleuraient mon torse en cadence, j'étais dans un rêve ! - Qu'ils sont mignons, les amoureux ! - Eh ben ! Ils en ont mis du temps ! C'est-y-pas vrai que c'est timide à cet âge-là ! Pourtant on n'avait pas l'impression! Les taquineries des autres ne nous atteignaient pas, nous profitions de l'instant. Mathilde prenait plaisir, elle était belle. Laurence avait profité de notre fellation pour finir les saucisses. - Bon, ben puisqu'il ne reste plus de saucisses de disponible, il ne me reste plus qu'à lécher le plat ! Tu permets ma Dani ? - Vas-y ma chérie fais-toi plaisir, nettoies-moi bien tout ça ! Lustre moi bien la chatte ma cochonne ! Agenouillée entre les cuisses de son amie elle lui lapait la vulve comme un chat affamé. Danielle l'exhortait à appuyer plus fortement. - Ah, régales-toi ma petite chienne adorée Fais plaisir à ta maitresse, vas-y bouffes-là, la bonne chatte à ta Dani Tu l'aimes, hein Bois, bois tout mon jus ! Mmh Jean-Paul s'était assis dans un fauteuil et profitait du spectacle. Son regard allait du cul rebondit de Laurence à celui plus menu de sa fille. Il semblait cependant largement ...
    plus intéressé par le coulissement régulier du minou de sa fille sur ma bite. En lui jetant quelques regards je le surpris caressant mollement son membre flasque les yeux fixés sur les fesses de Mathilde. Ma jouissance n'allait pas tarder. Je décidai de lui agrémenter encore plus la vision et empoignai les fesses de ma compagne pour les écarter au maximum. J'en profitai également pour la pistonner violemment ce qui lui arracha quelques cris de plaisir. Jean-Paul avait désormais une vue bien dégagée sur le petit œillet de sa fille et son regard pétillait. Sauter la fille sous les yeux du père m'excitai tellement que je ne pus me retenir plus longtemps et je déchargeai à l'intérieur de Mathilde. Elle s'écroula sur moi, un large sourire illuminant son visage. - Je t'aime ! Me souffla-t-elle. - Moi aussi, je t'aime ! Dis-je en l'embrassant. Elle resta un moment empalée sur moi, laissant mon sexe ramollir dans sa chaleur. Je lui caressai doucement les fesses, nous voulions faire durer encore un peu le moment où nous nous détacherions. - Quel joli couple font-ils ! Dit Laurence en s'essuyant la bouche. Ils sont tout mimi et bien coquins aussi ! J'y pense les jeunes, ça vous dirait pas de passer quelques jours chez moi ? Je suis toute seule et ça égayerait mes journées ! Je suis sûr qu'on trouvera à bien s'amuser tous les trois ! Qu'est-ce que vous en pensez ? - Pourquoi pas ! Répondit Mathilde après m'avoir interrogé du regard. - C'est comme vous voulez les jeunes ! Vous pouvez partir ...