1. Donatella


    datte: 08/02/2018, Catégories: fh, nympho, bizarre, voiture, chantage, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, noculotte, BDSM / Fétichisme, odeurs, facial, Oral, pénétratio, portrait, policier, occasion, voiture, Auteur: Maldoror, Source: Revebebe

    imprégner. Un souffle. Je sens Donatella tressaillir sous mon audace. Mes ongles effleurent maintenant sa fente humide et savoureuse. Déclic. Les portes de l’ascenseur coulissent sur elles-mêmes pour nous précipiter dans le hall blindé de monde. Ma main fuit aussitôt ce cul prodigieux, comme brûlée au fer rouge. Précédant Donatella, je jette un œil dans sa direction. Elle, un sourire d’allumeuse aux lèvres. Derrière, le groom en train de mater son déhanché. Son regard croise le mien. Le jeune homme rougit, la mine complice. Il nous a vus. Deux minutes plus tard, nous sommes dans le vaste habitacle de la limousine, confortablement installés à l’arrière, elle, assise et les jambes croisées face à moi. Sa robe glisse lentement sur le haut de ses cuisses. Le chauffeur est un type dépêché par le festival dont j’ignore quasiment le visage. Aussitôt les fesses sur le siège en cuir, Donatella fait coulisser la vitre teintée qui nous sépare du conducteur, nous plongeant dans une intimité des plus étranges. Au dehors, les âmes vides des quidams qui tentent vainement de nous apercevoir. Silence. Puis. — Dis-moi, Luigi, t’aurais pas un peu de poudre. Soupir. Et je m’exécute, glissant le minuscule sachet hors de la poche de ma veste. Le lui tends. Elle s’en empare, gardant délicatement ma main dans la sienne. Dépose un petit tas de blanche dans ma paume, dessine deux rails, et sort une fine paille dorée de son Gucci. Porte ma main à ses narines pour les inonder de rêve et de speed. — À ...
    toi, maintenant.— Non, Donatella, ce ne serait pas raisonnable Elle pouffe de rire. — Mais je ne risque rien ici Tu crois qu’un sniper m’attend pour me flinguer ? Ici ? Tout le monde se fout de Donatella Von Nüss, ils sont venus pour Sean Penn, Kusturica, Sharon Stone Pas pour une fille à papa qui joue dans une série Z.Girls Chainsaw Massacre, tu parles, de la merde en bobine Silence. Mon visage de marbre. — Pour me faire plaisir, Luigi, sois sympa Et elle me décoche un regard suppliant. J’obéis et aspire le rail à l’aide de sa tige personnelle, son parfum jusqu’aux sinus. Un regard vers l’extérieur et je constate que nous ne sommes plus très loin. — On arrive bientôt, dis-je. Donatella saisit une Vogue qu’elle coince entre deux doigts, le poignet cassé. S’enfonce lentement dans la banquette, décroise lentement les jambes. Les cuisses légèrement écartées, une pose savamment étudiée. Juste de quoi susciter le désir, le tissu de la robe dégouline entre ses jambes comme un voile transparent masquant l’entrée d’un sanctuaire. Une lueur brille dans le creux de ses émeraudes à la découverte de la bosse dans mon pantalon. — Baise-moi, Luigi, dit-elle en tirant sur sa clope. Je réponds après avoir dégluti. — Non. J’ai la gorge sèche. Envie d’une longue rasade de bière fraîche. Des palpitations au cœur. Mes muscles en feu, contractés à l’extrême. Les sens aiguisés comme des lames de rasoir. Les premiers effets de la cocaïne — Hmmm, baise-moi, je sais que t’en as envie depuis le premier ...
«1...345...»