1. Donatella


    datte: 08/02/2018, Catégories: fh, nympho, bizarre, voiture, chantage, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, noculotte, BDSM / Fétichisme, odeurs, facial, Oral, pénétratio, portrait, policier, occasion, voiture, Auteur: Maldoror,

    miens, au bord de l’asphyxie. Lorsqu’enfin, je sens que je vais venir. Je me retire subitement, faisant dégorger un paquet de salive sur son menton, et inonde aussitôt son visage d’ange déchu Trois épaisses giclées blanches et compactes qui s’étalent sur sa joue et ses lèvres pour son plus grand plaisir. Donatella se marre, toute langue tendue, avant que je ne la fasse taire en plantant une nouvelle fois mon membre dans sa bouche. La petite garce met un soin à me sucer encore, s’appliquant à le nettoyer de ma semence, me laissant dans une quasi-hébétude. Une fois repu, je me retire et tombe vers l’arrière, épuisé par cette baise frénétique. Donatella est là. En sueur. Les jambes repliées et les cuisses écartées m’offrant une vue pénétrante sur sa fente au-dessous de sa fine toison. Sa robe un haillon. Le visage maculé de profonds sillons blanchâtres et visqueux, dégoulinants sur sa poitrine dénudée. Un sourire et elle passe sa langue sur ses lèvres pour mieux recueillir le sperme. Elle se marre. Rit à gorge déployée d’un rire d’enfant ...
    gâtée. Satisfaite. Je la regarde faire. Son maquillage n’est plus qu’un masque de vice. Le rouge à lèvres et l’eye-liner bavent sur sa peau délicate. Un tableau hallucinant. — C’était génial, dit-elle. Vraiment booooonnn, Luigi, poursuit-elle en se caressant de la paume. Hmmm Le cœur battant, je sens la limousine ralentir à nouveau. Dans le feu de l’action, je ne me suis pas aperçu que nous avions repris notre allure. Des hurlements au dehors. Des fans. Des stars qui arrivent. Des commentaires. Des flashs de paparazzis. La voix du chauffeur lorsque la voiture s’arrête. — Nous sommes arrivés, Mademoiselle. Elle me décoche un nouveau sourire. — Show must go on, Luigi. Et elle actionne la poignée pour quitter l’habitacle après avoir remonté une bretelle de sa robe sur son épaule. Un sein dénudé, la tignasse qui pue le sexe brut, une croupe d’enfer et le visage maculé de foutre. Une clameur. Donatella arrive sur le tapis rouge, marque une pause pour le plaisir des photographes, et commence à grimper les marches. Celles du Festival de Cannes.
«12...4567»