1. Dialogues d'ici et d'ailleurs


    datte: 08/02/2018, Catégories: f, fh, Oral, fsodo, nonéro, humour, policier, humour, Auteur: Jielel,

    * Première érection * Paris, un soir de 1852. — Arrête, Gustave, arrête, tu me chatouilles ! Tu n’as vraiment rien compris ! Toutes les filles du bordel et moi, avons tout essayé : le classique, le grand jeu, la passe de trois, la tentacule indienne Tout le Kamasutra y est passé !— Et tu as même consacré des jours à étudier le porte-jarretelles de Lulu Et elle est bonne la Lulu !— Rien n’y a fait. Tu dois vraiment te faire une raison, écris bien ça dans ton cerveau : tu es incapable de la moindre érection. Monsieur Gustave Eiffel est incapable de la moindre érection— Et pourtant j’y arriverai, j’y arriverai ! * En deux tours de main * New York, septembre 1975. — Cette interro n’était vraiment pas compliquée ! Il fallait simplement appliquer le théorème de Thalès que nous étudions depuis des jours et des jours ! La question était quand même simple : je vous demandais de calculer la hauteur du World Trade Center en connaissant la longueur exacte de son ombre sur le sol et la longueur exacte de l’ombre d’un poteau de 10 mètres à la même heure ! C’était tellement simple que vous avez tous mérité un vingt sur vingt. Tous sauf un ! Et qui c’est qui s’est tapé un zéro ? Qui c’est qui n’a rien compris au théorème de Thalès ? Qui c’est qui est incapable de mesurer la hauteur du World Trade Center ? C’est notre ami Ben, bien sûr ! Vous avez une explication, élève Ben Laden ?— Non monsieur, mais j’y arriverai, j’y arriverai ! * Mise au point G. * — Allo ? Mon amour ?— Oui, ma chérie. ...
    Je vois que ton nouveau GSM fonctionne.— Oui, mon G va très très bien. Il te dit qu’il t’aime.— Tu es adorable.— Tu sais qu’on t’attend !— Oui, ma chérie mais je te l’ai déjà dit, je suis toujours au bureau et nous avons une réunion très importante.— Je viens de prendre un bain mousse bien chaud, j’ai fait un masque, je me suis rasée— Partout ?— Partout.— Arrête !— Maintenant, je suis couchée sur le lit et je suis encore trempée— J’arrive le plus vite possible !— C’est tout doux et il y a un super slow à la radio— Attends-moi, je t’aime.— Prends ton temps mon amour. J’ai installé le vibreur sur mon portable, sur mon G, je raccroche puis tu me rappelles Mais, s’il te plaît, laisse sonner longtemps, longtemps * Sérial killeuse * — Reprenons donc depuis le début.— Mais j’ai déjà tout raconté à votre collègue— Il nous manque encore quelques éléments pour clore votre déposition et la transmettre au tribunal.— Mais pourquoi ? Le temps que la justice prenne l’affaire en main la justice se sera faite toute seule.— Je fais mon travail, j’ai des instructions et puis j’aimerais comprendre, ce n’est pas tous les jours qu’on interroge une tueuse à gages.— D’accord, ça va. Je vais tout vous dire : ça me fait plaisir de passer un moment avec un bel homme, même les médecins sont moches dans ce triste hôpital. Que voulez-vous savoir de moi ? Vous avez de beaux yeux.— Commençons depuis le début, votre premier « contrat ».— Oui, le premier. C’est toujours le plus difficile. Je vous raconte : ...
«1234...»