1. le voyeurisme, une passion (4)


    datte: 08/02/2018, Catégories: Voyeur / Exhib / Nudisme, Auteur: Severine45,

    mets-moi en partout sale pervers ! Ces mots déclenchent immédiatement le premier jet de sperme qui s’abat sur son front et ses cheveux. Ce n’est pas aussi abandonnant que tout à l’heure mais l’excitation fait que les jets sont tout de même puissants. Le reste de mon foutre lui arrive sur une joue et sur les lèvres te le bout du nez. Rechignant à sucer une bite qui vient de sortir de son trou du cul, elle se contente d’un petit coup de langue sur mon gland pour la dernière goute. Alors qu’elle se relève et va vers la salle de bain pour se nettoyer, je me rhabille et contemple encore un peu son corps alors qu’elle essuie le sperme de son visage. Nous avons passé ensuite le reste de la soirée dans la voiture à discuter de vos vies, à nous embrasser et à nous dire que nous souhaitions absolument nous revoir. Effectivement, nous nous sommes revus mais, clairement, il n’y avait pas la même passion que durant cette nuit fabuleuse. Puis un jour, Caroline m’annonça que son mari avait totalement arrêté l’alcool, que ce n’était plus le même homme et qu’elle souhaitait donner une nouvelle chance à son couple. Ce que je pouvais tout à fait comprendre, d’autant qu’elle n’avait aucun avenir sérieux avec un jeune comme moi. Cette expérience m’a apporté plusieurs choses : d’une part de l’expérience niveau sexe, ce qui me manquait cruellement jusqu’alors. D’autre part, cela a achevé de me rendre accro au voyeurisme car cela m’a prouvé que, non seulement on pouvait se faire plaisir en ...
    regardant mais que ça pouvait aussi déboucher sur quelque chose de plus concret. A partir de ce jour je me suis convaincu qu’en matant ou touchant une inconnue, celle-ci pouvait se prêter au jeu et en redemander. Caroline devait être une exception car il a fallu attendre des mois avant que ce genre de miracle se produise à nouveau. Entre temps . Rien ! Durant la période de célibat qui suivi ma « séparation » avec Caroline, j’ai développé ma technique pour mater les filles. Toutes les occasions étaient bonnes J’étais particulièrement actif à la Fac, au printemps, où les filles souvent peu farouches mettaient régulièrement des tenues disons . légères. Sur les marches des amphis je captais régulièrement les culottes des copines de promo assises négligemment. En cours je prenais toujours un place qui surplombait qui jolie nana avec un décolleté plongeant ou à côté d’une avec une minijupe. Même si je ne voyais pas son entrejambe, la voir croiser et décroiser ses jambes et révéler une bonne partie de ses cuisses était très excitant. Si je me retrouvais dans les bancs inférieurs, je prétextais discuter avec des potes derrière moi pour me retourner et mater les cuisses des filles dans mon champs de vision. Le plus souvent, il faut avouer, je voyais des genoux disgracieux et des jambes solidement serrées. Mais parfois, le hasard voulait qu’une croise les jambes à ce moment et me montre sa culotte. Une seule fois durant cette année à la fac j’ai vu une fille qui m’a allumé durant un cours. ...