1. Trois orgasmes imprévus


    datte: 09/02/2018, Catégories: f, fh, fplusag, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, noculotte, fmast, hmast, intermast, occasion, Auteur: Albert 2, Source: Revebebe

    propos du slip. — Tu devrais mettre des culottes larges, les hommes ne savent que faire quand ils tombent sur des slips serrés, ils essaient de forcer le passage et souvent ils font mal Dans une culotte la main est à l’aise les doigts parlent on fait semblant de ne rien savoir de longues caresses font venir l’eau à la bouche Nadia a parlé comme si elle était seule dans son un rêve, elle est confuse de ce discours qui l’a excitée. Julie répond : — Mais maman, je n’ai pas de culotte. Nadia, sans hésiter enchaîne : — Tiens, prends la mienne, j’ai bien vu que tu n’en avais pas. Dans un joli mouvement Nadia se trousse, sa culotte de soie glisse, comme si elle n’attendait que cela. De la pointe de sa chaussure, elle l’envoie vers sa fille. L’échange se fait dans de grands éclats de rire, Julie apprécie la douceur du tissu, sous sa minijupe étalée, le contact du siège en osier avait, au début, déclenché des pulsations dans son sexe, mais il devenait désagréable. C’est dans cette ambiance que Bruno est arrivé. Nadia a vite fait le tour de cet apprenti play-boy, jean et t-shirt blanc, veste de cuir et gros scooter japonais. Il faudra du temps pour en faire unhomo éroticus, un véritable amateur du beau sexe, mais s’il a l’érection spontanée, tous les espoirs sont permis. Nadia fait le service de l’apéritif pour faire boire l’invité et garder sa lucidité. Elle peut ainsi le frôler, offrir son parfum, plonger dans ses yeux, mais ses avances restent sans réponse, Bruno ne quitte pas du ...
    regard les cuisses de la fille et la petite dentelle de la culotte qu’elle dévoile par de fréquents croisements de jambes. Autour de la table ronde, il n’est pas possible de mettre les amoureux au contact, Julie a bien écarté les jambes, Bruno a allongé son sexe sur sa cuisse, en vain, les désirs refoulés rendent la conversation difficile. Maman met encore de l’huile sur le feu en parlant des difficultés de s’entendre en couple, de la patience dans les approches, de l’importance de l’ambiance, de la façon de s’habiller et de se déshabiller, elle s’excite en parlant, le climat devient chaud. Julie prend l’initiative, elle déclare qu’elle a besoin de Bruno pour découper le gigot, ils filent à la cuisine. Maman reste seule avec ses évocations érotiques, elle imagine ce qui se passe, Bruno penché sur son grand couteau, Julie derrière lui cherche son sexe, comment fait-elle ? Bruno a-t-il un slip ? Elle pense que non, Julie ne doit pas autoriser cette entrave à son besoin. Julie commence-t-elle par mettre un doigt impérieux entre les fesses de son homme ? Non, elle n’est pas encore assez experte, elle doit le zipper et remonter sa queue, elle a juste le temps de quelques branles pour la durcir. Elle l’abandonne pour dresser les assiettes et lui en donne deux à porter à table, elle est ravie du spectacle. Bruno reste là, planté avec ses deux assiettes et son sexe tellement dressé qu’il pourra difficilement rentrer dans son pantalon. Elle le rentre en force et enferme tant bien que ...
«1234...»