1. Madame Besson - Chapitre 6


    datte: 09/02/2018, Catégories: BDSM / Fétichisme, Auteur: Tayyip, Source: Hds

    avaler toute sa bite. Mme Besson cessa de lutter et se soumit. En lui donnant une tape sur la tête, le père de Léa lui signifia qu’elle devait reprendre son travail de suceuse. Mme Besson était prise au piège une grosse bite dans sa bouche qui s’écoulait et une jeune femme qui avec sa langue qui lui donnait un plaisir qui la faisait trembler. Le père de Léa tenait sa tête fermement à deux mains afin de laisser son sexe dans sa bouche et faisait lentement coulisser sa bite, bien vite elle sentit la bite se déployer. Le père de Léa éjacula en elle, la première giclée inonda sa bouche, crachant de longues saccades de sperme chaud, épais qu’elle avala sans se dérober... heureuse d'avaler le sperme. — Quelle salope tu es, animal, tu aimes sucer, boire le jus et te faire lécher par une autre femme. Que dirait ta classe en voyant sa prof, si respectable dans une telle position. Je paris que ton mari, ne t’as jamais fait jouir comme cela ! — Non monsieur Fournier, je n'avais jamais joui comme cela. Bégaya la prof couverte de foutre... qu’est-ce qui m’arrive ...
    ? Je suis une bonne prof respectée et respectable, une mère de famille comblée, une bonne épouse pensa-t-elle et pourtant toutes ces choses m’ont fait jouir comme jamais je n'avais joui. Elle ne pouvait s’expliquer tous ces orgasmes. Mme Besson resta sur le sol, à genoux, une bite dans la bouche pendant que la famille Fournier regardaient la fin de la vidéo. Quand la vidéo fut finie, remise en laisse, Mme Besson fut ramenée dans sa cage, menottée dans le dos, Léa lui mit la muselière pénis qui lui remplit la bouche et ferma la cage à clef. Le poste de télévision était juste devant la cage le film redémarra. Mme Besson ne pouvait pas croire qu'elle allait être contrainte de revoir ses indécentes turpitudes. Les lumières furent éteintes et la prof honteuse, avec dans la bouche le gode muselière, le gros gode noir, le goût du sperme de monsieur Fournier, nue, le corps couvert de jute, elle resta à regarder des choses dont elle ne se serait jamais crue capable. Elle sentait le sperme sécher sur son visage en se regardant jouir sous les caresses de Sarah.
«1234»