1. I had a dream...


    datte: 09/02/2018, Catégories: f, fh, inconnu, voisins, médical, douche, revede, Voyeur / Exhib / Nudisme, fmast, Oral, Oral, exercice, Auteur: Shortstory's,

    — Voilà bien ; maintenant écartez vos jambes, s’il vous plaît très bien Maintenant mettez-vous à plat-dos, jambes toujours écartées Super. Surtout restez décontracté, cela viendra plus facilement.— Dites, doc’, vous savez qu’en d’autres circonstances, tout ce que vous me dites pourrait prêter à confusion, quand même me dit M. R* avec un sourire narquois sur ses lèvres. Je me redresse et le regarde droit dans les yeux. — On en a déjà parlé ; vous n’êtes pas mon genre. Il est donc inutile de faire une tentative d’approche toutes les semaines : ça ne changera pas, lui dis-je avec un faux sourire placardé au milieu du visage. Maintenant, si vous préférez, et afin que vous soyez moins perturbé, je peux vous confier à l’un de mes confrères du cabinet.— Oh non, par pitié, me dit M. R* avec un regard suppliant. Vos manipulations me font tellement de bien, et vos mains sont si douces— Assez ! dis-je en grondant. Soit vous vous tenez, soit j’emploie la manière forte pour le reste de la séance et je vous remets entre les mains d’un de mes collègues à partir de la séance prochaine.— D’accord, d’accord, je me tiens. M. R* se tint donc tranquille jusqu’à la fin de la séance. Le pauvre, il avait été victime d’un accident de voiture qui lui avait broyé les jambes. Après six mois dans le plâtre, le médecin lui avait prescrit une quinzaine de séances dans notre cabinet de kinésithérapeutes. — Bien. Tenez, voilà vos béquilles. Évitez de faire l’andouille d’ici la semaine prochaine. Vous ...
    faites des progrès au niveau de la mobilité de vos jambes ; ne gâchez pas tout avec une chute d’escalier.— Je ferais de mon mieux pour rester sage mais c’est pas dit, ajouta-t-il en me lançant un clin d’œil en partant. Je le regarde sortir du cabinet sans dire un mot. Mais quel connard lubrique, celui-là ! Certes, le pauvre est à plaindre à cause de son accident, mais d’un autre côté il a cette fâcheuse tendance à toujours draguer tout ce qui bouge, sans parler du fait d’essayer de le fourrer. Mes deux collègues du cabinet l’avaient eu avant moi et avaient eu droit au même numéro, mais en plus poussé, ce qui leur avait fait le mettre à la porte. Je m’en sors mieux que les deux autres pour une simple raison. Je repense alors au premier jour où il avait fini dans mon cabinet. La séance avait commencé normalement. Nullement impressionné par mon mètre quatre-vingt-cinq, il s’était installé tranquillement sur la table. À un moment donné, je lui tournais le dos et il en profita pour me mettre une main aux fesses. Action : je me retournai pour lui coller une grosse claque dans sa gueule. Réaction : je lui avais alors fait une clé de bras en lui expliquant que s’il recommençait, je lui pétais le poignet et lui faisais bouffer ses couilles. Traitement efficace puisqu’il n’a jamais plus voulu retenter l’expérience, mis à part ses petites piques verbales. En général, je suis plutôt du genre calme et posé, mais le harcèlement sous toutes ses formes a la manie de me faire sortir de mes gonds. ...
«1234...9»