1. Un délire fécond


    datte: 09/02/2018, Catégories: A dormir debout, Auteur: Joe Vanille, Source: Hds

    à Danielle et moi. Marcus m’a sorti et branlé. Je n’ai pas résisté, Danielle m’a pris la tête et me colle des baisers de chienne. Jamais je ne l’ai vécue ainsi, jamais non plus je ne l’avais réveillée pour la sauter. Tout était nouveau, pour elle comme pour moi. Marcus me remet en elle, je bande encore ! Marcus colle sa bouche sur le sexe de Danielle. Danielle se débat, veut fuir, mais je la maintiens, la caresse et l’envahit. Elle me compresse, Marcus le sait bien et poursuit son supplice. Il me sort tout à coup, et me frotte à sa grotte. Nous jouissons tous les deux presqu’en même temps, longuement, suavement. Marcus monte sur nous : « Je vais vous baiser tous les deux ! Toi salope dans ta chatte, et toi petit branleur, dans ton âme ! ». Il s’écrase sur Danielle et me fixe, la pénètre et me souris plein de mon foutre et de sa mouille : « Pour moi ! Elle est pour moi, cette maman ! Elle va être grosse de mon jus, elle va être ronde de mon plaisir de devenir père, elle va enfanter ma passion de sa chatte, c’est ma bite et moi qui sommes sa famille ! ». Danielle hurle maintenant, soudée à son corps. Ils m’écrasent de leur folle lourdeur et démoniaques mouvements. Moi aussi je hurle. Sur Danielle. Je l’insulte, je lui ordonne de le faire jouir, je lui somme de devenir mère, je lui propose de devenir le parrain de son troisième enfant, je viendrai lui donner le sein, ou la pipe, selon ses envies, je serai fou de la langer ou de venir lui nettoyer la fente, mais je lui ...
    supplie de le vider de son foutre. Mes mains la palpe, la pince, la comprime, la caresse. Elle jouit. Encore. Elle réussit à achever son homme en rut au bout de quelques secondes, remplie une dernière fois de sa crème. Dimanche – 13 heures Je suis le premier réveillé. Je n’ai plus rien à faire ici, le reste ne regarde plus que les deux amoureux, les futurs parents. Ils dorment encore, elle blottie contre son flanc, lui sur le dos, le bras droit passé sur son corps. Nous nous sommes quasiment évanoui tous les trois après cette folie sexuelle je l’espère féconde. J’ai comaté contre le dos de Danielle, elle s’est affalée contre son homme tout de suite après sa dernière expulsion, lui qui s’est dégagé lourdement de sa fente ravagée. Nous l’avons sans le vouloir enveloppée de tout notre amour alors que l’aube tentait de se montrer à travers les tentures que nous avions tirées. Avant de quitter la chambre, j’ai tendrement embrassé une dernière fois ce qu’elle m’offrait de sa féminité, à savoir ses fesses suintantes de foutre et de sueur Elle fleurait l’amour animal, ma langue alla dire merci au peu d’ouverture qu’elle faisait entrevoir de ses cuisses serrées l’une contre l’autre. J’allai me prendre une copie de notre production X, leur écrivis un petit mot tout en tendresse et en reconnaissance éternelle et partis comme un voleur pour leur laisser cette maison à eux deux. Une petite Eve est née de cette furie, mais je n’en suis pas le parrain. Entre nous, cela m’est bien égal.
«12...6789»