1. Nymphrodisiaque (1)


    datte: 09/02/2018, Catégories: Erotique, Auteur: Zoegumsa,

    pousse dans l'herbe, à côté de toi. Ses longues jambes fuselines se posent de part et d'autre de mon corps, et elle est prête à s'empaler sur moi. Dressée, ma queue n'a aucun mal à la pénétrer de toute sa longueur. Sa chatte est douce, trempée et incroyablement serrée. Elle compresse mon membre avec tant de force que les sensations sont décuplées. Mon plaisir atteint un nouveau seuil que je pensais inexistant quand tu viens m'embrasser à pleine bouche. Tu me donnes aussi tes seins à lécher et je les dévore avidement, pendant que la nymphe me chevauche à un rythme soutenu. Elle saute et s'enfonce ma queue presque avec violence à chacun de ses coups de bassin. Ses petits seins fermes et ronds bougent en rythme avec elle. Je lui fais comprendre que j'aime ce qu'elle me fait en lui attrapant les fesses pour accompagner ses mouvements. Je m'autorise même à lui mettre une fessée, puis une autre en entendant son petit cri surpris de coquine. Nul doute que ça lui fait du bien d'être ainsi traitée. De nouveau excitée, tu en redemandes ...
    encore et, sans attendre d'invitation, tu viens t'asseoir sur ma bouche. Je ne me fais pas prier pour te lécher avec gourmandise et bientôt vos deux voix se mêlent dans un concert de soupirs et de gémissements, donc je suis à l'origine. C'en est trop pour moi, ma queue va exploser. La nymphe le sent et elle se retire de mon membre, qui luit de sa mouille. Après un coup de langue qu'elle passe sur ses lèvres, elle se penche et engloutit ma bite jusqu'au fond de sa gorge. Ma queue se contracte et décharge des torrents de sperme dans sa bouche. Ses joues se gonflent sous la pression de ma semence chaude et abondante, qu'elle semble apprécier de sentir sur sa langue. Approchant son visage du tien, elle vient te rouler une pelle pleine de sperme brûlant pour te faire partager le goût de mon plaisir, et vous buvez toutes les deux ce que ma queue vient de gicler. Avec un dernier coup de langue sur ses lèvres et un petit rire, la nymphe nous quitte finalement et nous laisse épuisés dans l'herbe, le souffle court et le corps tremblant de plaisir
«123»