1. Le merveilleux souvenir ramené de Turquie


    datte: 09/02/2018, Catégories: fh, fplusag, couleurs, asie, extracon, inconnu, handicap, vacances, sauna, fsoumise, hdomine, cérébral, Voyeur / Exhib / Nudisme, préservati, confession, Auteur: Elodie S, Source: Revebebe

    Ma rencontre avec Henri Lepotre a lieu lors d’une conférence à la fac. De neuf ans mon aîné, il a ce comportement d’homme sûr de lui que rien n’arrête. Sa conférence sur la comparaison des fiscalités européennes est brillante, sa voix est grave et sensuelle, et je suis allée lui demander, à la fin, une dédicace du livre qu’il avait écrit. Il est grand, viril, avec des yeux presque gris qui me fascinent. M’ayant remarquée, il me fait une dédicace très personnelle :« À Chantal qui éclaire de sa troublante féminité le gris univers de la fiscalité » et me demande mon numéro de portable pour m’inviter lors d’une prochaine conférence. Je le lui donne, en tout bien tout honneur, convaincue de ne représenter pour lui qu’une petite étudiante aussi insignifiante que des centaines d’autres présentes. Il me rappelle une semaine après, m’invitant à un colloque dans un grand hôtel parisien et me propose de rester dîner avec lui par la suite. J’accepte et me mets sur mon 31, le jour venu : robe noire au décolleté profond et talons hauts. Je ne suis pas tous les jours invitée par une sommité ! La conférence traite de problèmes particulièrement ardus pour mon niveau de connaissance (les limites de la double imposition en Europe, je crois) et j’en profite pour me laisser bercer par les qualités oratoires de mon mentor. Il a, dans ses gestes, dans sa voix, un pouvoir de fascination hors du commun. Je le rejoins comme prévu à la fin, et il m’emmène dans sa grosse berline dans une des ...
    meilleures tables parisiennes. Il me complimente sur ma beauté, et je sens son regard aigu sur moi jaugeant mon physique, avec une attirance particulière pour ma poitrine, il est vrai assez dévoilée. La petite étudiante que je suis est flattée de l’intérêt que lui porte une telle personnalité ! Au restaurant, il est accueilli comme un ministre et une petite table isolée nous est réservée. La cuisine est succulente. Il me fait tout raconter, mes goûts, mes loisirs, mes projets, mes amours (à marée basse pour l’instant). Je lui avoue ne pas avoir tout capté de sa présentation. Il me sourit, et je sens sous la table son pied venir caresser le mien ; presqu’un contact paternel ; enfin, au départ, car vite il se déchausse, et monte assez haut le long de ma jambe. Je ne fuis pas le contact, et son pied termine au contact de mon string. Il me prend par la taille en sortant du restaurant, et me proposeun dernier verre chez lui. Je suis grisée, le bon vin, sa prestance, son physique, sa voiture. Je n’ai pas l’habitude d’être ainsi traitée, et son âge me rassure. J’accepte. De toute façon, j’ai rompu il y a deux mois avec mon ex. Je ne suis plusune oie blanche et devine aisément où il veut en venir. Dans la voiture, il pose sa main sur mon genou, glisse ses doigts sous ma robe. Je minaude et lui demande d’être sage. Sa sagesse s’arrête à la limite de mes dim-up, car je lui fais comprendre qu’il aura tout son temps. Cet aveu d’abandon proche fait naître sur ses lèvres un sourire de conquérant ...
«1234...9»