1. Lolita, s'il te plait, reste sage


    datte: 09/02/2018, Catégories: Première fois, Auteur: Jpj,

    Très vite elle a été la reine du bal et l'unique animation du Havana. Les autres filles tiraient la gueule. Elles n'étaient pas les seules. Moi aussi j'étais jalous guy. Pensez, mon sextoy, même pas encore consommé, qui faisait du gringue à tous mes copains. Et ces salauds de petits cons en rut n'avaient, eux, aucune retenue devant l'enfant sage que j'avais amenée avec moi, ma jeune nièce à peine sortie du berceau. Quand même je me posais des questions. Qu'as-tu grand con, avec tes états d'âme devant cette minette pas même humaine qui chauffe tes copains, à blanc. C'est juste une machine. C'est comme si tu passais le volant de ta Porsche à un copain, quoi. Pour qu'il fasse un tour et s'éclate. Vrai, je pensais, quand même ma Porsche je la prête pas, délicate ma 911 turbo S, pas à mettre entre toutes les mains... Mais cette Lolita ? Moi je trouvais que cet androïde avait du répondant et saurait probablement mieux que ma Porsche se garer des malhabiles. Malgré tout je restais circonspect devant les avances multiples de mes chers copains à mon jouet. Je pensais, saura-t-elle retenir les pulsions de ces mâles déchaînés, mes amis, mes frères, mes semblables ? Elle est venue à mon oreille et m'a glissé, sois serein, je te serai toujours fidèle, c'est une règle de mon algorithme, une des trois lois d'Azimov, tu n'as rien à craindre, juste je les chauffe, pour le plaisir... Et elle a ajouté, tu ne sais pas le plaisir que j'ai à faire tourner tous ces machos en bourrique. N'ont ...
    aucune vergogne et s'enfileraient sans scrupule la petite fille innocente que je suis. Tes copains ne sont pas des gens bien. Viens, on se casse. On est remonté sur le scooter. Ostensiblement elle a chopé ma bite saillante pour s'accrocher. Les copains étaient outrés, frustrés, je me sentais montré au doigt, Brassens dans la mauvaise réputation. Tout l'monde viendra te voir pendu, sauf les aveugles, bien entendu... A l'oreille sous le casque elle m'a dit, ta trique est un vrai bonheur pour s'accrocher sur ton cheval d'acier qui ballotte de droite de gauche. Ramène-nous home, me tarde que tu me prennes les hanches dans tes bras et me broutes l'intimité. Moi j'étais chaud de chez chaud à cette idée-là. Et je pensais, alors cette machine ressent-elle donc du plaisir ? Est-elle programmée ainsi ? C'est vrai qu'elle m'a dit avoir ressenti des émois sensuels sous ses propres caresses. Elle m'a avoué avoir eu des plaisirs personnels d'elle-même avec elle-même. Diable d'intelligence artificielle... Je pensais, j'aurai plaisir à lui donner du plaisir, à faire chauffer ses circuits positroniques, à épanouir ses algorithmes en figures chaotiques improbables mais merveilleusement belles. Je n'étais plus dans le désir de m'épancher mais dans celui d'être l'artisan du bien être de ma Lolita. Au garage, elle a trouvé un chiffon et a essuyé le siège de Skaï noir en s'excusant de l'avoir ainsi barbouillé. Elle a dit, ton cheval d'acier est magique et fait mouiller abondemment. La vitesse, la gîte, ...
«123»