1. Monsieur Arnaud


    datte: 09/02/2018, Catégories: fh, ff, ffh, fbi, hplusag, fplusag, extracon, sauna, froid, vengeance, dispute, massage, Oral, 69, pénétratio, couple+f, extraconj, Auteur: François G.,

    invitée dans le chalet des Arnaud. T’inquiète pas je te raconterai, Anne est une très bonne copine. On se dit tout. Elle raccrocha dans un éclat de rire sadique. Je restais un long moment le combiné à la main, abasourdi. J’étais dépassé par les événements. Pourquoi Carole ne m’avait pas parlé de cette invitation ? Pourquoi ne m’avait-elle pas dit qu’elle voulait prendre du recul ? La petite voix me dit : « Et toi, pourquoi tu ne lui as pas dit que tu l’avais vue ? Tu as fait le pari qu’elle te reviendrait sans avoir une vraie explication. Alors tiens-toi à ta décision. De toute façon, maintenant c’est trop tard pour reculer. » Je finis péniblement par trouver le sommeil en me demandant ce qu’avait pu raconter Yvette à Anne sa bonne copine. Durant la semaine, je téléphonai chaque soir à Carole, me montrant gentil, attentionné, amoureux. Je m’attendais à ce qu’elle me parle de cette invitation. Elle me disait au contraire qu’elle rentrait le vendredi. Ce n’est que le vendredi en fin d’après-midi qu’elle m’appela pour me dire qu’elle avait un problème de voiture. Je proposai aussitôt de venir la retrouver. Mais elle m’en dissuada en me disant qu’il allait neiger et qu’il valait mieux rester tranquillement chez nous. Pour finir de me convaincre, elle me dit qu’elle m’appellerait tous les jours et qu’on se « rattraperait » la semaine suivante. J’eus bien droit à un appel par jour : le samedi matin de bonne heure et le dimanche soir tard. Le samedi, elle m’annonça qu’il neigeait ...
    mais que, comme elle était seule, Daniel et Anne l’invitaient chez eux. Quant au dimanche, ce fut pour me dire qu’elle ne se sentait pas bien et qu’elle pensait avoir pris froid. Tout juste si elle me concéda qu’elle avait passé une bonne soirée chez les Arnaud. Manifestement, elle n’avait pas envie de s’étendre sur le sujet, au sens propre et sans doute aussi au sens figuré. De toute façon, je savais que je saurais Le coup de fil d’Yvette ne fut pas une surprise. — Alors, mon cher François, tu ne t’es pas trop ennuyé durant ce week-end ?— Il faut s’habituer à la solitude non ? Et puis ça te fait tellement plaisir de me savoir seul ? Non ?— Tu l’as bien cherché, non ?— Sans doute, mais avais-je le choix ?— On aurait pu continuer à s’amuser tous les deux, et même plus si tu avais voulu.— Jusqu’à se faire piéger comme comme— Carole ? Mais tu n’as même pas eu le courage de mettre les pieds dans le plat. Elle a bien raison d’en profiter.— Tu es contente alors. Elle en profite. Et ça t’apporte quoi ?—— Tu souhaites qu’on se sépare, c’est ça et que je sois libre pour tirer les marrons du feu ? Réponds !— Écoute, François, tu m’as fait beaucoup de peine— Je sais et je le regrette. J’ai sans doute choisi de faire passer la raison avant le cœur. Mais si je l’ai fait, ce n’est pas contre toi, c’est aussi parce que du cœur il y en a des deux côtés. Tu vois, même si elle me fait les pires choses, je l’aime. Je ne sais pas l’expliquer mais c’est comme ça. Alors, entraîne-la où tu veux, mais ...
«1234...8»