1. les joies du café


    datte: 09/02/2018, Catégories: Première fois, Auteur: gva-cock, Source: xHamster

    petit clip de ce qui m'est arrivé hier matin... Petit café croissant au coin de la rue, au pied de l'immeuble où j'ai mes bureaux. Ce matin ce n'est pas la dame habituelle qui me sert, mais la patronne. Elle est renfrognée, pas l'air commode... Je la vois rarement le matin, elle ne m'a servi que 2 ou 3 fois. Une belle femme, espagnole, un visage fin, avec une expression un peu dure, mais un body language très sensuel. Impossible de ne pas flasher sur son cul, sa cambrure, ses cuisses, ses hanches. Elle n'est pas mince mais diablement sexe... Hier matin elle est en jeans skinny, qui la moulent superbement. Son cul est fascinant et je me laisse fasciner. Je suis au bar, sur une chaise haute, je feuillette machinalement mon journal en buvant mon café, mais je guette chaque mouvement de la patronne pour le plaisir de la voir bouger... elle va et vient, nos regards se croisent à peine, de surcroît elle a vraiment l'air de mauvaise humeur... mais son cul délivre un tout autre message. Lequel message est reçu cinq sur cinq par ma bite, qui est délicieusement bandée. Je suis en rut... Elle continue à s'activer, je continue ma lecture peu convaincue du journal... lorsqu'elle vient vers moi au coin du bar pour me demander si je veux un autre café... je bredouille un &#034oui avec plaisir&#034 en lui souriant. Je la regarde repartir derrière le bar et s'activer sur mon expresso. Lorsqu'il est prêt, elle refait le tour du bar pour me l'apporter au lieu de me le tendre par dessus le ...
    comptoir... Elle le pose devant moi et sa main droit se pose sur le haut de ma cuisse gauche, là où ma bite dure est glissée le long de la jambe. Elle la pose avec précision au bon endroit, elle avait donc remarqué la bosse de mon érection. Elle s'attarde deux secondes, peut-être trois, pas plus, mais pour ma bite c'est déjà une éternité prometteuse. Puis elle repart à ses activités. Il n'y a heureusement pas beaucoup de clients, il est encore tôt, et les rares consommateurs se réveillent avec peine dans un café noir et un journal déprimant... Le ballet des ondulations de son cul reprend de plus belle. Maintenant elle sait que j'aime, et je sais qu'elle sait. Je ne quitte plus ses hanches des yeux, le spectacle de cette croupe ronde, forte, pleine est absolument enivrant. La couture du jeans sépare bien les deux globes et disparaît entre les cuisses, une vraie invitation à y mettre une queue. Tout en restant discret, je ne cache plus trop mon érection, qui est bien marquée le long de ma cuisse dans la flanelle de mon pantalon. Elle repasse à côté de moi et regarde sans complexe la bosse de ma bite, puis me fait un clin d'oeil. Elle regarde ma bite comme je lui regarde le cul... Le jeu est pimenté, j'aime bien. Elle repasse deriière le bar, me fait face, me sourit et se passe furtivement la main sur la chatte entre les cuisses. Ce n'est plus un désir que j'ai entre les cuisses, mais un besoin a****l de m'accoupler. Je sens que mes couilles se sont contractées et durcies et qu'elles ...
«123»