1. Réveillon(s)-nous !


    datte: 10/02/2018, Catégories: fffh, fête, noculotte, rasage, Oral, Oral, Oral, fsodo, échange, Partouze, champagne, uro, humour, humour, Auteur: Samuel, Source: Revebebe

    — Quelle différence y a-t-il entre des cacahuètes et un clitoris ? Le réveillon était bien parti. Il y avait Gisèle et son nouveau boyfriend, Armand, mais aussi Félix et sa nana de toujours, Angélique ; enfin Bianca et Rosalie, les deux copines inséparables. Tout le monde a reconnu une des bonnes blagues de Félix. — Il n’y en a pas, ce sont des amuse-gueules ! Le rire fusa parmi les cotillons, et les sarbacanes en carton lancèrent des boulettes colorées dans l’allégresse générale. C’est alors que Rosalie raconta comment elle s’était retrouvée malencontreusement en petite tenue face à son beau-frère, qui s’était trompé de porte de chambre tellement il était bourré. — Bon, j’étais en slip et en soutif, mais j’aurais pu tout aussi bien n’avoir rien sur moi. Et lui, il bredouillait qu’il ne trouvait plus la porte pour sortir. Une histoire, mais une histoire Félix allait prendre le relais pour une de ces histoires tordantes dont il a le secret :c’est une fesse qui dit à l’autre fesse, quand brusquement Gisèle solennellement se leva et prit un couteau pour faire tinter son verre. Minuit approchait et on pensait qu’elle prenait un peu d’avance pour les vœux traditionnels. — Mes amis, comme tous les ans, nous voici réunis devant une belle table à festoyer de bon cœur. Et comme tous les ans, nous rions aux blagues et aux évocations de cul des uns et des autres pour attendre minuit. Eh bien, merde ! Le repas est fin et les histoires sont grossières, la musique est légère et les ...
    blagues sont lourdes. Il faut mettre nos actes en accord avec nos idées et nos fantasmes. Moi, je n’attendrai pas minuit pour voir le sexe d’Armand. Plutôt que de la trivialité en parole, je souhaite de la tendresse en gestes et en amitié profonde. Réveillon, oui, mais réveillons-nous vraiment ! Armand s’était levé, lui aussi, et il avait tout aussi solennellement descendu son pantalon. Un pénis légèrement gonflé était apparu aussitôt caressé par la main diligente de Gisèle. Félix en fit tomber sa chaise à la renverse. — Viens, Angélique, on n’a rien à faire ici ! C’est un coup monté pour qu’on finisse dans une partouze ! Vraiment, je suis déçu et même écœuré par un tel comportement. Il prit son manteau et sa copine puis disparut dans le claquement de la porte. Bianca et Rosalie ne savaient quelle attitude prendre. Elles se regardaient intensément. Gisèle prenait maintenant le sexe d’Armand en bouche avec une telle délicatesse qu’on ne pouvait penser qu’à une friandise. C’est Bianca qui prit les devants. Dans un cas comme celui-là, ou on se rhabille ou on se déshabille. Moi, je choisis mon camp. Elle se dénuda lentement laissant apparaître des dentelles mauves et noires, puis une peau blanche ornée d’une toison taillée en V. Rosalie, peut-être pour se donner du courage, reprit un grand verre de champagne, puis elle entreprit d’embrasser Armand. Mais il s’agissait d’un baiser suave, éloquent dans son élégance, un peu comme si elle le remerciait d’avoir pris le risque du premier émoi ...
«1234»