1. Laveur de vitres à domicile, chez Louise


    datte: 10/02/2018, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Santiano, Source: Hds

    Ce matin, je suis particulièrement détendu, et inquiet à la fois, je sais très bien que les trois dames se connaissent et que ma petite sauterie d'hier risque d'être répétée, mais bon ce n'est pas grave, j'ai pris un plaisir intense, et en plus Marie est une femme élégante. Bref, toujours, est-il qu'il faut que je rattrape financièrement le temps perdu de la veille, donc je vais faire une ou deux grosses journées de suite afin de compenser ce manque, même si je ne suis pas du tout aux abois, mais il est toujours appréciable d'être à jour au niveau des clients, car le retard n'est pas perçu comme une chose de sérieux. Après deux jours de travail intensif, je m'accorde une demi-journée, pour aller chercher des produits de nettoyage et des caoutchoucs pour la raclette à vitre. Puis, je reçois un coup de téléphone, il s'agit de Louise, et oui forcément après avoir fait les vitres de ses deux copines, elle aussi a besoin de voir clair à travers ses vitres. Je lui donne donc rendez-vous, dans deux jours, elle habite en banlieue dans une petite maison. Je regarde avec précision sur un plan afin de ne pas me tromper. J'accepte évidemment de prendrele chantier, toujours avec les mêmes tarifs. Les jours avancent, et je dois aller faire les vitres de Louise. Je prépare mon matériel, et je vais dans une commune en banlieue. La maison est de plein pied, et le nombre de vitres est correct. Comme avec les deux autres femmes, je me vois offrir un café, puis j'apprends que la dame est veuve. ...
    Son mari était militaire, et il est mort lors d'une mission humanitaire en Afrique. Depuis, elle est restée seule sans forcément chercher un cœur à prendre. Elle est un peu plus négligée que ses comparses, elle porte une robe d'un autre âge, le genre de tenue que portent les personnes âgées. Bref, je me prépare donc à nettoyer les vitres, je commence à l'extérieur, pour finir par l'intérieur. De son côté, elle est affalée sur le canapé, avec une bière et une cigarette à la main. Une fois le chantier terminé, je viens tout de même la voir, et prends le temps de discuter avant de recevoir mon pécule. J'essaye de la complimenter, de lui dire que la vie n'est pas terminée à quarante ans, et qu'elle peut de nouveau plaire et séduire. Un peu râleuse, elle finit par me faire un sourire, et me remercie. J'ai comme l'impression d'avoir brisé un petit morceau de carapace. Elle finit par m'expliquer qu'elle n'a jamais pu faire d'emménagement au sein de sa maison, et qu'elle aurait bien besoin de refaire les peintures, les tapisseries et de changer aussi quelques meubles qui sont d'un autre âge. Étant de bon cœur, je lui propose de lui donner un coup de main pendant quelques week-ends afin de lui redonner goût à la vie, mais aussi de redonner un aspect plus joyeux à sa maison. Son regard est un peu plus lumineux, elle se rapproche de moi et me fait un bisou sur la joue. Je me dis qu'aujourd'hui, j'aurais rendu quelqu'un d'heureux, et c'est toujours positif d'apporter un peu de bonheur. ...
«123»