1. Pour prendre un enfant par la main


    datte: 10/02/2018, Catégories: fh, fhh, couple, inconnu, amour, cérébral, Oral, amourpass, couple+h, extraconj, Auteur: Charline88, Source: Revebebe

    Une toute petite perle qui éclate comme une bulle aux coins des yeux, c’est juste une gouttelette. Puis quand une seconde la rejoint, elles s’accrochent l’une à l’autre, et leurs sœurs les renforcent pour venir mourir en un fin ruisseau. La traînée claire atteint les ailes du nez, puis glisse lentement vers le menton qui tremble. Ces larmes sont les derniers cris de ce cœur qui se déchire. Elle, elle ne contient plus ces sanglots qui finissent par secouer sa poitrine, si belle pourtant. Le vert de ses pupilles donne l’impression de se diluer dans cette eau salée qu’elle ne maîtrise plus. Sur la table, celle sur laquelle ses mains soutiennent sa tête trop lourde de ce chagrin, la flaque s’élargit rapidement mais Claude n’en a cure. Maintenant rien ne peut plus arrêter ces grandes eaux ; elle pleure sans discontinuer. Claude, c’est un petit bout de femme, une belle brune, et sur la toile cirée qui recouvre la table de bois de la cuisine, elle laisse éclater ce chagrin qui la submerge totalement. Avec un sursaut d’orgueil, elle relève la tête, renifle d’un coup, comme pour conjurer, pour arrêter les vannes de ces yeux qui déversent leur trop-plein de désespoir. Pourquoi est-elle dans cet état, qui la rend si triste, qui ravage son visage aux traits si doux ? Ses cheveux frisés qui tombent en cascade sur ses épaules secouées par les sanglots profonds qui l’accablent, sont soigneusement brossés. Lorsqu’on la regarde de plus près, c’est une belle femme d’une trentaine d’années. De ...
    cette fille se dégage un charme fou, une sorte d’aura qui attire et retient l’attention. Devant elle, posé sur le plateau de la table, l’objet, sans doute, de cette immense tristesse. Une lettre, simple, dactylographiée, sans âme, une feuille qui résume en quelques mots une situation qui semble à Claude insurmontable. Le papier émane d’un cabinet médical et il est écrit sur celui-ci que dans l’état des choses, une grossesse est impossible. Ensuite, suit une file de chiffres, de noms qu’elle n’arrive pas à décoder. Le jargon médical la rebute, mais les conclusions semblent tellement définitives qu’elle ne peut s’empêcher de sangloter. Elle reprend en main ce fichu passeport pour une solitude à deux, qui martèle dans son crâne, l’irréversible vérité. Michel rentre tranquillement à la maison. Du garage où il vient de remiser sa voiture, il entend des bruits inhabituels provenant de la cuisine. Il prête l’oreille et soudain il s’inquiète. C’est Claude qu’il entend sangloter. Que se passe-t-il ? Pourquoi pleure-t-elle de la sorte ? Il se précipite à l’intérieur de l’habitation. Sur le pas de la porte, il la regarde. Ses coudes sur la table, elle soutient, de ses deux mains sous le menton, une tête qui paraît trop lourde. — Que se passe-t-il ? Pourquoi es-tu dans un pareil état ?— !— Eh bien ! Pourquoi pleures-tu, ma belle ? Dis-moi ! Il est arrivé quelque chose de grave ? Pour toute réponse, un énorme sanglot et la main de Claude qui se saisit du papier blanc sur la toile cirée. ...
«1234...18»