1. Un amour d'esclave - Ch 12


    datte: 11/02/2018, Catégories: BDSM / Fétichisme, BDSM / Fétichisme, Lesbienne, Auteur: qntn, Source: xHamster

    Passer sous le bureau... Bonne lecture qntn ----« Qu’est ce que c’était dur le lendemain à la Fac !!! J’avais l’impression de croiser mademoiselle Amandine dans tous les couloirs, et que ce que j’avais fait avec elle la veille était écrit en gros sur mon front. Elle, elle restait imperturbable, sans me jeter les regards plein de désir auxquels j’avais le droit quand nous étions seules. Même manège que la veille, j’ai reçu à la mi-journée un SMS, qui me donnait cette fois rendez-vous dans un des amphis quand j’aurais fini les cours. J’avais un peu peur de croiser des gens qui se seraient demandé ce que je faisais, mais j’y suis allée quand même pour ne pas décevoir mademoiselle Amandine. Je finissais à une des pauses de la journée, j’ai attendu que l’amphi se vide, puis je suis entrée et j’ai fermé la porte derrière moi. Comme nous étions seules, mademoiselle Amandine s’est permis de m’embrasser. - Je suis si contente de te voir Câline ! Je suis obligée de rester là, tu vas me tenir compagnie… - D’accord mademoiselle Amandine… - Sois gentille, installe toi sous le bureau et déshabille toi ! J’étais très inquiète mais j’ai fait ce qu’elle me disait. Le bureau était un de ceux avec une planche entre l’amphi et l’estrade, il était donc impossible qu’on me voie depuis la salle, même depuis le premier rang. Pas le moindre interstice entre la planche verticale et le reste du bureau, mais mine de rien, je n’étais pas rassurée. Mademoiselle Amandine devait donner un cours et me ...
    voulait sous le bureau ? Non, quand même pas ??? Presque… A la sonnerie, j’ai entendu le brouhaha des étudiants entrer dans l’amphi et je me suis figée, retenant ma respiration pour ne pas faire le moindre bruit, immobile sous mon bureau. Ils se sont installés et j’ai entendu mademoiselle Amandine qui était restée dans la salle. - l’examen durera une heure, les documents ne sont pas autorisés. Bien évidemment silence absolu, portables éteints et les yeux sur la feuille… Mon dieu… Elle était de surveillance d’examen, c’est pour cela qu’elle avait peur de s’ennuyer !!! Et elle voulait que je reste là avec elle. J’étais pétrifiée à l’idée que la planche ne tombe et que je me retrouve à quatre pattes sous le bureau de mademoiselle Amandine devant les cent cinquante personnes présentes dans l’amphi. En essayant d’imaginer quelle serait la réaction des gens, je me suis surprise à mouiller… Combien hurleraient au scandale, combien riraient de la situation, combien essaieraient d’en profiter ? Maitre m’avait déshabillée en public, mais jamais personne ne l’avait remarqué, c’était toujours dans des endroits discrets. Et s’il avait donné l’autorisation à mademoiselle Amandine de s’occuper de moi, il ne lui avait pas permis de m’exhiber, encore moins de la manière qui se présentait à ce moment là. J’en concluais donc que ce n’était pas ce qui m’attendait. Ouf… J’ai sursauté en entendant mon portable vibrer. Je l’ai vite mis en silencieux et j’ai regardé qui pouvait bien m’envoyer un message ...
«1234»