1. gay en oregon


    datte: 12/02/2018, Catégories: Gay, Auteur: didimou,

    touffe fine, comme graines d'un pissenlit très mûr, autour de la base de celle-ci. On aurait dit que le tout se serait envolé au vent en soufflant dessus. Et puis son sexe ! Il était au moins aussi gros que le mien, et bien bandé. Contrairement au reste de son corps, il était d'une teinte rosée, presque violacée. — S'cuse-moi, je m'excite un peu quand je suis à poil. Il est devenu aussi rouge que le bout de sa queue alors que je la regardait avec envie. J'en salivais. J'ai donc décidé de lui montrer qu'il n'était pas le seul, alors je me suis relevé. — J'ai le même problème comme tu peux voir ! — Veux, heu, veux-tu un peu d'aide pour ça ? Je n'en croyais pas mes oreilles. C'était mon fantasme qui devenait réalité. J'ai à peine pu faire un signe d'acceptation de la tête qu'il sautait déjà dans l'eau à côté de moi, nous avions de l'eau aux genoux. Il se tenait à quelques centimètres de moi, et j'ai allongé le bras pour lui effleurer son doux visage. C'est ce qui brisa la glace entre nous. Il me prenait l'arrière de la tête et m'attirait vers lui jusqu'à ce que nos lèvres se touchent. Il m'embrassait voluptueusement sur tout le visage. Ma queue se frottait à ses cuisses, et de son autre main, il l’agrippa avec fermeté alors que mes mains découvraient son torse sublime. Nous nous sommes laissés tomber à genoux dans la mare, nos queues submergées, se frottant l'une à l'autre. Jeff explorait avec ses mains mon dos, son corps en entier était pressé contre le mien: nos visages, nos ...
    torses, nos queues, nos jambes. Je me sentais comme si nous ne faisions qu'un, nos corps s'imprégnant l'un dans l'autre. Jeff s'est ensuite penché, et a ramassé une poignée de boue dans le fond de la mare. Il m'a ensuite étendu le tout sur les pecs. Il s'est de nouveau penché pour en prendre plus, et l'étendait maintenant sur mon abdomen, puis dans mon dos et sur les fesses. Une dernière poignée serait ensuite étendu dans mes poils au dessus de mes organes génitaux. Je me suis donc allongé sur le sable en bordure de la mare, mes pieds reposant toujours dans l'eau. Jeff s'est ensuite penché et a engouffré ma queue jusqu'au fond de sa gorge. Il suçait tellement fort que j'aurais pensé que ma queue s'en détacherait et serait aspirée par sa bouche. À mon tour, j'ai pris un peu de boue pour l'étendre sur ses fesses toutes blanches, mes doigts se frayant un chemin jusqu'à sa rosette. Le temps d'en appliquer sur ses couilles bien dodues, je jouissais comme jamais, explosant dans bouche. Je ne voulais pas faire cesser cette sensation. Jeff continuait de me sucer jusqu'à ce que plus rien ne sorte de ma queue. Le temps qu'il reprenne son souffle, ma queue s'était de nouveau raidie et en redemandait encore ! Je me suis levé et je l'ai retourné sur le ventre. La boue sur son derrière rendait la peau lisse et glissante, agissant ainsi de lubrifiant alors que j'enfilais mon gland encore dégoulinant de sève dans son petit cul bombé. Jeff m'a agrippé les fesses avec les mains, s'empalent sans ...