1. La fin du milieu


    datte: 12/02/2018, Catégories: ff, cérébral, sf, Auteur: Domi Dupon,

    l’épaule de Gladys touchait la sienne. Elle aurait voulu Mais comment faire ? — Comme les mecs sont pas là, on pourrait se mettre à l’aise, tu crois pas ? J’en ai marre d’être engoncée dans cette combine ! C’était Gladys qui venait de dire ça ? Susan en resta bouche bée. Devant cet air ahuri, elle continua : — Qu’est-ce que t’en penses ? À moins que ce soit contre les principes de St Ahmed ?— Si tu savais ce que j’en ai à foutre de St Ahmed, se surprit-elle à répondre. T’as raison, profitons de notre liberté. Aussitôt dit, aussitôt Gladys tomba l’intégrale et se retrouva en petit ensemble, culotte et soutif, blanc, mais pas vraiment virginal. La culotte moulait son petit cul d’éphèbe et épousait étroitement son mont proéminent. Le soutif à balconnets ne parvenait pas malgré sa coupe à donner un volume conséquent à sa poitrine d’ado. Susan, rouge comme une tomate. — Tu trouves ma tenue choquante ?— Non, pas du tout. Tu es ravissante. Mais tu vas te moquer ?— Pourquoi veux-tu que je me moque. Tu es vachement mieux foutue que moi.— C’est toi qui le dis ! J’échangerais mon cul contre le tien dans la seconde.— Ben moi, ma poitrine contre la tienne ! Donc match nul ! Allez zou !— C’est pas ça ! C’est ma lingerie ! Enfin si on peut appeler ça de la lingerie !— Je ne rigolerai pas, je te jure. Je pourrais te prêter une culotte, ton derrière, quoique tu prétendes, ne doit pas être beaucoup plus gros que le mien. Par contre pour le soutif Gênée, malgré les assurances de sa camarade, ...
    elle se débarrassa à son tour de son vêtement surnuméraire. Sa culotte ample en lin blanc et son soutif « englobe-tout » la rendait ridicule. Pourtant le regard de Gladys sur son corps la fit frissonner. — Tu as froid ? Question stupide avec la température constante qui régnait à l’intérieur du vaisseau. — Non pas du tout ! J’ai pas l’air trop nunuche ?— C’est sûr que ces fringues ne te rendent pas justice, mais ça compense.— Ça compense ?— Regarde mon corps et regarde le tien. Pour les jambes et les fesses, j’peux encore jouer, mais pour le haut Y’a pas photo. Nouveau frisson sous le compliment. Et si Gladys, elle aussi, éprouvait des envies condamnables ? Et si elle tentait de la séduire par ses louanges ? C’eût été trop beau ! — L’évasement de tes hanches ! Waouh ! Tu as déjà vu des vids publicitaires du XXème siècle ?— Tu veux dire des images interdites ?— Oui ! Tu as leurs hanches !— Elles se montraient en vid, c’est dégueulasse !— Avant St Ahmed et l’U.S.D., ça s’appelait la liberté. Enfin pas grave ! Gladys continuait son observation commentée : — Pareil pour les seins ! J’suis une vraie planche à repasser. Toi, même avec ce soutif dessiné par un prêtrimam, on devine les têtes de missiles.— Tu veux les voir ? Oup’s ! Elle l’avait sorti cash, en live, totale spontanéité. Malgré le noir de sa peau, elle se sentait devenir rouge tomate, rouge tomate à la puissance 3. Elle essaya de rattraper le coup. — Je plaisantais bien sûr !— Dommage, j’aurais bien aimé les voir.— Vrai ...
«1234...9»