1. SHANA (14)


    datte: 12/02/2018, Catégories: Trash, Auteur: adèleH, Source: Xstory

    - Allons-nous coucher, la journée sera rude demain ! Tu feras connaissance avec l'équipe que j'ai recrutée pour t'aider dans ton travail. Pascal la dirigera. Tu te souviens de Pascal? Mais si ! Souviens-toi, il m'accompagnait le soir où nous sommes rencontrés. Mon seul désir était d'oublier le menu incident de tout à l'heure. A peine installée dans le lit, mon Eric se déchaîne. Il me prend debout, assise, couchée, accroupie, sur le côté, en levrette. Il me fait le coup de la brouette de Zanzibar, la trouée de Verdun, le massage interdit, le coup du chinois. - Alors, heureuse? - Mouais! Bof! - Demain, je dois rencontrer quelques sous-traitants qui soumissionnent pour la logistique du chantier. Mais je serai de retour vers 20 h pour t'accompagner à la soirée. Tâche d'être prête quand je rentrerai. Ensuite, je devrai m'absenter pour deux jours. Tu devras voler de tes propres ailes. Je n'étais pas en position de lui faire le reproche d'une trop longue absence. Pour tout dire, je n'étais pas fière de moi. * Impossible de vous conter tout ce qui me passa par la tête la nuit suivante. Au petit matin, j'ai pris une décision du genre catastrophe. Il n'y avait plus d'autre issue que la fuite la fuite en avant. J'irai jusqu'au bout même si j'en crève et même si mon sixième sens me prévenait que je venais de tomber dans le traquenard parfait. * Je me suis réveillée dès l'aube. Eric était déjà parti, sans même dire au revoir. L'ouverture de ma valise me révéla toute l'immensité du ...
    vide sidéral. Trop pressée de rejoindre mon fantomatique amant, je n'avais vraiment emporté que le strict minimum dans mes bagages. Il allait de soi que je ne m'étais évidemment pas encombrée de robe de soirée mais, pauvre idiote, je n'avais même pas pensé une seule seconde qu'il me faudrait des habits de travail. Un seul menu à la carte : T-shirt et short ! J'avais choisi mes shorts deux tailles en-dessous pour qu'ils me moulent comme une seconde peau. Quant à mes T-shirt, ils étaient plus conçus pour se faire peloter que pour faire du terrassement. Un coup d'œil au miroir - Tu sais que je t'aime, toi. Mon buste, exhibant ses pointes orgueilleusement saillantes sous mon caraco tendu à craquer, était plus qu’indécent et mériterait d'être châtié d'autant d'immodestie. Ce petit short que je mettais pour la première fois me faisait des cuisses incroyablement sexy avec ses fentes bien hautes sur les côtés. La pendule me rappela à l'ordre. Dépêche-toi ma jolie, tu vas être en retard ! Le ventre à l'air, je descendis les marches quatre à quatre. * Pascal m'attendait déjà au pied de la tour. - Bonjour, mademoiselle, vous vous souvenez de moi ? - Bien sur !(Pas du tout, en fait), vous êtes l'ami d'Eric et son chef de chantier. - Je suppose que vous êtes impatiente de faire connaissance avec l'équipe. Je n'eus aucune difficulté à lire dans les yeux de mon interlocuteur la vive convoitise que je lui inspirais. Tout en parlant, il contemplait ostensiblement mon bas-ventre de ses yeux ...
«123»