1. Julie, une proche un peu trop proche.


    datte: 12/02/2018, Catégories: Masturbation, Première fois, Tabou, Auteur: blubibek,

    en pouffant de rire lança : -« oh !!! On dirait que quelqu’un s’est réveillé !!! - heu oui désolé mais te sentir contre moi n’aide pas et en plus tu as les fesses a l’air et elles me plaisent tes fesses, donc réaction obligatoire… » J’essayais de me justifier quand elle m’interrompit : -« C’est pas grave, ça me plait de te faire de l’effet puis ça m’en fait aussi » Dit-elle se redressant et me fixant droit dans les yeux. Sa main droite jusque-là sur mon torse fonça sous le drap à la rencontre de mon sexe le saisit le caressa un peu le relâcha, avant de s’emparer de mes testicules les malaxant très agréablement. Poursuivant par : -« Techniquement, si on ne fait que se masturber mutuellement c’est pas grave non ? » Sagesse ? Raison ? Oui deux choses dont je suis fortement pourvu et qui criaient la bonne marche à suivre. Mais elles ne criaient que dans ma tête et c’est donc tout naturellement que j’ai essayé de me convaincre moi aussi en répondant : -« Ben… Non ! Techniquement c’est pas comme avoir une relation sexuelle. C’est juste de la masturbation. » Elle n’eut pas besoin de plus pour se saisir à nouveau de mon sexe commençant à le branler, se débarrasser du drap, se redresser pour se retrouver à quatre pattes la tête toute proche de mon sexe. Je la contemplais s’occupant de mon sexe un instant avant de détourner les yeux et admirer la cambrure de ses reins, ses fesses totalement exposées trônant au-dessus du lit, à portée de main. Je m’empressais de les caresser, de ...
    laisser mes doigts glisser entre elles titillant au passage son œillet, parcourant sa vulve chaude et humide tout du long pour finir par effleurer son clitoris du bout des doigts. Elle était un peu trop loin je ne pouvais la caresser comme je le voulais je la guidais donc pour qu’elle approche son trésor et c’est ainsi que tout naturellement elle m’enjamba. Nous nous retrouvions donc en 69, sa magnifique vulve luisante à quelques centimètres de mon visage, des lèvres charnues un clitoris qui sortait légèrement de sa coquille. J’attrapais ses fesses les massaient puis de mon index je descendis le long de sa raie, dessinas le contour de son œillet qui semblait vouloir gober mon doigt, continuant ma route je traversais sa vulve fort humide jusqu’à trouver son clitoris. Pour être sûr de ne pas contrarier ce petit coquin je m’assurais que mon doigt soit bien humidifié par ce doux nectar embaumant offert par cette belle vulve. Nectar ? Il faut que j’y goûte. Portant mes lèvres à la source laissant ma langue tantôt titiller son clitoris tantôt parcourir sa vulve, je pouvais la sentir remuer les hanches, je pouvais entendre de petits gémissements discrets et délicats. Mon index se promenant toujours trouva l’entré de sa vulve et s’y introduisit sans heurt sans effort, tout du long remuant légèrement comme s’il cherchait quelque chose. A ce moment-là une sensation de chaleur et d’humidité se fit sentir autour de mon sexe, ciel que s’était agréable. Elle me prodiguait une divine fellation. ...