1. Lucie joue avec mes nerfs


    datte: 12/02/2018, Catégories: fh, fhh, hplusag, plage, fsoumise, hsoumis, fdomine, hdomine, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, Oral, fsodo, Auteur: Be,

    joues rougies par l’effort. — Tu as triché. Tu es partie avant, lui dis-je en tenant mon pied. Lucie fait encore quelques pas vers moi, un peu inquiète. Mon stratagème fonctionne. Elle ne se méfie pas, trop occupée à observer mon pied, compatissante devant ma souffrance. D’un bond, je m’empare de sa cheville et la fais tomber devant moi. Elle se débat, cherche à s’échapper. Mais je tiens bon. La sirène est prise. Le gage ne sera pas pour moi. — Salaud ! Tu peux dire que je triche Je suis maintenant sur elle. Je la plaque au sol de tout mon corps. Je veux profiter de cet avantage pour repartir et arriver le premier. Mais le contact avec son corps juste paré de son bas de maillot me distrait. Ma belle a les seins menus. Ma belle a les seins qui pointent. Et là, ils se dressent contre mon torse. Lucie ne se débat plus. Elle me regarde fixement dans les yeux. Elle a perçu mon changement d’attitude et mon envie. Parce qu’encore une fois, mon corps a parlé. Mon sexe en particulier. Le traître ! Elle commence alors de lents mouvements du bassin, frottant son pubis contre le mien. La belle se fait chatte. Elle ronronnerait presque. Elle ouvre grand le compas de ses jambes. Ses mains enserrent mon dos, le caressent lentement. Sa langue reprend le contour de mes lèvres. Elle sait me charmer, toujours. Lucie plaque son ventre contre le mien, se cambre pour appuyer un peu plus sa vulve sur mon pénis. Elle va gagner, c’est sûr. Le viol devient inévitable. Mais non ! La coquine sait ...
    maintenir la tension, tout en m’empêchant d’aller trop vite, de tout précipiter. Ses mains fureteuses suivent la courbe de mon dos, traversent négligemment mes reins, et s’insinuent dans mon short de bain pour s’emparer de mes fesses. — J’adore ton cul, me souffle-t-elle dans l’oreille. Je n’y tiens plus. Je veux lui faire l’amour maintenant. Elle le sait, elle le sent. Et elle en joue, la garce. Son doigt se distrait sur ma raie, caressant et intrusif. Des frissons remontent mon échine. Ma douce est experte en effleurements. Elle m’en fait encore une démonstration. Ses deux mains agiles s’appliquent à m’exciter en caresses légères, divaguant maintenant de mes fesses à mon dos. Je me surprends même à écarter les jambes, choisissant un instant d’être passif. Elle ne s’y trompe pas. Une de ses mains empaume une fesse. Puis un doigt s’invite dans ma vallée. Tout en douceur, lentement, Lucie contourne ma rosette, l’effleure, provoquant des ondes de plaisir. Je ferme les yeux. Je veux apprécier toutes ces sensations qu’elle seule sait me procurer, ces moments délicieux de légèreté. Elle masse tranquillement mon petit orifice. Une phalange audacieuse investit même cette voie mystérieuse et vierge. Mais mon short de bain limite ses mouvements et Lucie cherche à s’affranchir de cette contrainte. — Déshabille-toi mon chéri. Lucie a murmuré. Mais Lucie obtient. Je me soulève légèrement pour l’aider dans son entreprise. Je bande déjà comme un taureau, et mon sexe accroche. Il faut bien trois ...
«1...345...17»