1. Mary K.


    datte: 12/02/2018, Catégories: fh, hplusag, frousses, extracon, inconnu, hotel, noculotte, fmast, Oral, Oral, Oral, pénétratio, fdanus, amourpass, extraconj, Auteur: Ducfranck,

    qu’au même instant je salive abondamment, je retire les lunettes prestement et essaie de me diriger vers la sortie. Je suis dans le même état que lorsqu’étant gamin mon père conduisait sur une route de montagne. J’ai le mal des transports en plein cinéma. Je passe devant mes voisins en bredouillant quelques excuses, avec gentillesse ils poussent leurs jambes pour me laisser la voie libre. Je les remercie en faisant le plus rapidement qu’il m’est possible pour ne pas gâcher leur projection mais mon pied gauche s’entortille dans la lanière d’un sac à main et le m’étale sur leurs genoux. Des fous-rires retentissent tandis que je termine le parcours entre les sièges presque à quatre pattes. Heureusement, je ne suis pas loin de la porte d’entrée de la salle qui, par chance, n’est pas très loin des toilettes. C’est un visage blanc comme un linge qui apparaît dans le miroir au-dessus du lavabo tandis que je m’asperge d’eau fraîche. — Il faut être con pour être malade dans un ciné ! dis-je tout haut en réprimant une envie de rejeter en fin de phrase.— Pas tant que ça, réponds une petite voix avant que les bruits caractéristiques d’aliments prédigérés ne viennent ponctuer la phrase. Je demande si tout va bien, il me répond que ça ira et je vois une porte s’ouvrir sur un jeune homme aussi blanchâtre que moi. Nous nous rafraîchissons côte à côte, nos reflets deviennent petit à petit plus rosés, la vie revient sous notre peau. Nous discutons en nous moquant de nous même en marchant vers ...
    la sortie. Je l’invite à boire un café pour nous remettre de nos émotions, il ne refuse pas mais il préfère le prendre dans le bar du multiplex car ses amis sont encore dans la salle. Nous nous asseyons, un gobelet de carton dans la main, sur des chaises hautes et continuons notre bavardage. J’apprends qu’il a dix-neuf ans, comme sa copine et la plupart de ses copains présents dans la salle. Je lui demande si ce n’est pas le groupe qui était présent dans la seconde rangée du haut, il me répond affirmativement et nous nous marrons bruyamment lorsque je raconte ma chute sur leurs genoux. J’ai essayé de partir plusieurs fois mais Rémi m’en a dissuadé, me sachant seul pour la soirée il me propose de se joindre à eux. J’ai beau me justifier sur le fait que j’ai le double de leur âge, il est têtu et réussit à me faire abdiquer. — Pourquoi pas ? réponds-je en souriant, ça me rappellera ma jeunesse. Sa petite bande arrive, pendant les présentations je me fais chambrer comme il faut, c’est de bonne guerre. Ils ont l’air très sympa et ils acceptent ma présence sans aucun a priori, à part le fait qu’ils m’appelleront toute la soirée soit papa soit papy. Pas de voiture pour les jeunes et c’est en tramway que nous nous rendons au centre-ville boire un coup dans un bar à rhum situé au sous-sol d’une bâtisse du centre de Montpellier. Un endroit qui était une discothèque lorsque j’étais un jeune étudiant. Nouvelle partie de moquerie sur mon âge et je calme tous les freluquets en payant une ...
«1234...18»