1. Le Curé de Gnancucu.chapitre 2


    datte: 12/02/2018, Catégories: Humour sexuel, Tabou, Auteur: wolfie91,

    espérer qu'il en tirera quelque chose, mais il ne voyait pas quoi, à part des désagréments. Bâillant ostensiblement, le Vicaire du Christ, le Priape en état de réveil, se leva, pour aller dormir : « Louise, tu viens ? – Mais votre Excellence, je vous ai fait couler un bain, il paraît que c'est indispensable avant de se réchauffer ! – Soit, puisque tu le dis, tu auras d'autant plus de travail, car j'ai de la peine à me nettoyer dans le dos ! – Volontiers, je vous soignerai comme un petit poupon, y compris votre cornichon ! – J'y compte bien ! » Devant la complicité naissante de l'évêque et de sa servante, Ildéfonse ne défonça plus grand-chose, il avait la mine triste et le jonc pendant. « Et moi ! Et moi, comme dit la chanson ! – Tu feras 3 Avés et 4 Paters pour l'absolution du pêcher de chair que nous allons commettre. – Je me prendrai presque pour Candaule ! – C'est la vie, mais quand j'aurai bien vidé ma sainte burette, tu pourras nous rejoindre pour le deuxième service ! » C'est ainsi que, se morfondant dans la chambre de Louise, rageant contre l'impudence de l'évêque qui appliquait son droit de cuissage. Ildéfonse se défonça la bite à 5 contre 1, mais brusquement il arrêta en se disant : « l'évêque est déjà pas mal âgé, il déchargera une fois, mais il ne remettra pas le service, il ne faut pas rêver, je vais garder ma puissance pour Louise car, avec un peu de chance, il n'arrivera pas à la faire décoller et ce sera une belle revanche ! ». Et pendant ce temps-là, pas la ...
    Méditerranée qui ne se trouve pas à deux pas, mais les deux autres, s'apprêtent à consommer les plaisirs de la chair. « Louise, déshabille-toi, lui intima son excellence l'évêque, que je voie avant de consommer la beauté de ton corps ! – Vous me flattez, votre Excellence ! – Voilà, enlevez encore cette culotte qui me cache vos trésors ! .. Oh mon Dieu, que c'est tentant et excitant..., pardonnez-moi mon Père, mais je ne saurai négliger pareille offrande ! » Sans attendre plus longtemps, il plongea sa tête entre les cuisses musclées de Louise et atteignit sa corolle et, avec sa longue barbe, il se rassasia de ce jus fécond, si délicieux. Il prit entre ses lèvres, le minuscule bijou qui ornait cette fente et cette sente délicieuse. « Monseigneur que vous me le faites bien, on sent un homme d'expérience ! – Pas tellement, au séminaire, j'en suis réduit à sucer des bites et c'est jamais aussi bon que votre petit moineau ! – Je vois que votre Excellence est bien tendue, ne voudriez-vous pas que je vous détende un peu, j'ai aussi envie de goûter à votre sainte huile ! – Que ne me le dis-tu, les gorges de mes séminaristes, je les connais par cœur, par contre, c'est très rare que je puisse explorer les amygdales d'une de mes ouailles ! .. Tiens, goûte-moi ce cervelas ! » Tant à pomper qu'à la fin, le brave évêque sens le jus remonter des couilles à la prostate pour finir par arriver à pointer au bout de la bite. Acharnée, Louise aspirait cette bite en se disant : « je vais le vider et ...
«1234...8»