1. Service clients (22)


    datte: 13/02/2018, Catégories: BDSM / Fétichisme, Auteur: Kulhwch,

    passer sur le clitoris ou à l’entrée de mon sexe et j’étais soulagée. Mais à la place, j’ai sursauté lorsque je l’ai senti m’irriter encore plus mes tétons. Heureusement qu’au bout de quelques secondes vous avez préféré me le passer sur le sexe » « Sur quoi ? » « Sur mon sex .Aïe ! » un nouveau coup de badine vient de cingler ses fesses. « Tu n’as pas de sexe : tu as un con, une chatte, un trou à bites, que tu me dédies entièrement lorsque nous sommes ensemble. C’est clair ? Pareil pour tes autres orifices. Compris ? » « Oui, Maître ! » « Et donc » « Vous avez passé le vibreur sur ma chatte, mais vous avez alterné à plusieurs reprises entre mes tétons et mon ..con. » « Tu mouillais à ce moment-là ? » « Oui, un peu » « Alors dis-le ! La prochaine fois que je dois t’accoucher comme ça tu reçois un nouveau coup » Elle se hausse le ton pour se reprendre « oui, je mouillais comme une chienne ! ». Je suis surpris qu’elle finisse d’elle même sa phrase ainsi. Pour vérifier son degré d’excitation, je passe ma badine entre ses cuisses à l’orée de son vagin, puis je déplace ma main droite de sa poitrine à ses lèvres vaginales imberbes, pour sentir une moiteur caractéristique. Ca l’excite bien, comme je le pensais. J’écarte ses lèvres pour commencer à m’occuper de son clitoris et de sa fente, alternativement. Elle reprend son récit : « Vous avez coupé le vibreur et je vous ai entendu le jeter. Puis vous avez baissé votre braguette et vous avez approché votre bite bien dure de ma bo de ...
    mon fourreau à pipes, et je vous ai avalée jusqu’à la garde. Ensuite vous m’avez baisé par là. Mais à un moment vous êtes parti, puis vous êtes revenu vous enfoncer de nouveau dans ma ..gueule de suceuse mais cette fois c’est moi qui devait vous avaler et aller et venir sur votre belle queue. » « C’était comment pour toi ? » La moiteur entre ses cuisses, à l’évocation de ces souvenirs, se transforme rapidement en ruissellement. Son bassin ondule machinalement sous mes caresses. « C’était difficile et en même temps j’étais contente de faire des efforts pour vous satisfaire. Je sentais que vous étiez excité, car la grosse veine sur votre queue pulsait. Après, lorsque j’ai senti la cravache sur mon corps, de plus en plus fort, j’étais déconcentrée. C’est alors que vous avez décidé de vous retirer. C’est dommage, j’aurais bien voulu vous faire jouir » « C’était trop tôt. Tu es une vraie petite salope, on dirait ! Et ça continue de t’exciter, en plus : mes doigts sont tout mouillés ! Tiens, goûte » Je lui fourre trois doigts dans la bouche, elle les enfourne comme une bite en les léchant et les suçant sans vergogne. Je pousse ma main sans ménagement, jusqu’à atteindre la limite d’écartement. Je la retire alors et m’essuie sur son visage. « Ensuite ? » « Vous avez alors repris le vibreur et vous me l’avez placé sur ma chatte béante, en l’enfonçant le plus possible et en écrasant mon clitoris. J’ai failli jouir tellement c’était brutal et bon. Mais vous l’avez enlevé juste au moment ...
«1234...9»