1. Service clients (22)


    datte: 13/02/2018, Catégories: BDSM / Fétichisme, Auteur: Kulhwch,

    qui s’offre à moi : ma responsable d’équipe, les yeux mi-clos, à califourchon sur une de mes employées la tête enfouie sous sa jupe ! « Lèche-la bien sinon je me débrouillerai pour remplacer mon sexe par la cravache ! » Au fur et à mesure de la montée de son plaisir, Karine commence à parcourir le sexe de Gaëlle de ses doigts. Je n’entends plus que gémissements et bruits de succion dans la pièce, entrecoupés du bruit de mon bassin à chaque fois qu’il bute contre les fesses de Gaëlle. Sentant la situation m’échapper, car cette dernière ne va pas pouvoir se retenir très longtemps ainsi, et étant moi-même au bord de l’orgasme, je décide de l’autoriser à jouir. « Applique-toi pour sucer son clitoris et la faire jouir, et tu vas toi aussi pouvoir te laisser aller. Karine, profite bien d’elle, qu’elle te fasse jouir ! » Les gémissements de plaisir s’amplifient et bientôt j’entends Karine pousser un petit râle en relevant la tête, le regard vitreux. Je ses quelques secondes plus tard Gaëlle se contracter et pousser un cri étouffé par le sexe au-dessus d’elle et je pousse une dernière fois ma queue pour l’enfouir profondément et cracher à mon tour ma semence. Nous continuons encore quelques instants ...
    mécaniquement nos mouvements puis Karine s’affale tandis que je me retire lentement. Elle relève la tête et son regard pétille en croisant le mien. Ses lèvres prononcent un « merci » silencieux et elle s’écarte de la tête de Gaëlle, puis descend du bureau en se rajustant. Je n’ai pas voulu, préférant y aller par étapes, qu’elle me voit me faire nettoyer par Gaëlle comme à mon habitude. Je me suis donc rajusté aussi. Elle s’approche de moi et m’embrasse sur la joue, puis déverrouille la porte du bureau et disparaît comme par enchantement. Lorsque j’enlève le bandeau des yeux de Gaëlle, elle regarde dans toutes les directions et se demande si elle n’a pas rêvé. Mais l’odeur persistante sur son visage et la cyprine dont il est couvert sont autant de preuves de ce qui s’est passé réellement. Après l’avoir détachée et faite se rhabiller, je la renvoie dans son foyer, non sans lui avoir conseillé de passer d’abord aux toilettes se rafraîchir et se parfumer pour éviter d’éveiller les soupçons auprès de son compagnon. Je la questionnerai plus tard sur ce qu’elle a ressenti ce soir. Il est temps de nettoyer et d’aérer une nouvelle fois la pièce pour qu’elle reprenne un aspect purement professionnel.
«12...6789»