1. Escapade en novembre, suite de mes aventures d'Halloween...


    datte: 14/02/2018, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Lucyen, Source: Hds

    Suite à ma petite escapade d’Halloween, je n’ai plus que ça en tête. Les derniers mots de mon hôte raisonnent dans ma tête : « Peut-être une autre fois. Vous savez où me trouver. » Rapidement, je n’y tiens plus. Je commence à échafauder un plan. Je sais que Françoise récupère sa fille à la sortie de l’école. Je l’ai déjà vu, les rares fois où je peux moi-même aller chercher les miennes. J’ai l’occasion de me libérer plus tôt un mardi soir et je n’en dis rien à ma femme. Au lieu de rentrer directement à la maison, je me gare non loin de chez Françoise, dans une rue par laquelle ma femme n’a strictement aucune raison de passer. Françoise est certes une « voisine » mais pas directe. On habite assez loin pour que les risques de rencontre soient très faibles, négligeables même. Malgré toutes ces précautions, je ne peux m’empêcher d’avoir le cœur qui bat et d’être un peu anxieux quand je me lance. Après tout, je n’ai pas pu prévenir Françoise, je ne sais même pas si elle pourra me recevoir. Quant à savoir si elle le voudra Pour le savoir, il faut bien tenter. J’arrive donc quelques temps après l’heure de sortie des élèves. J’attends un peu pour être sûr qu’elle ait le temps de rentrer et je me dirige vers sa maison. Je sonne et m’impatiente déjà. J’ai l’impression d’être exposé. Que dire à ma femme si elle me voit ici ? Françoise met un peu de temps à ouvrir, je manque de partir en courant quand la porte s’ouvre enfin. _ Bonjour. Ah ! C’est vous ? Qu’est-ce que vous faites là ? _ ...
    Bonjour. Et bien la dernière fois, j’ai cru comprendre que vous ne verriez pas d’inconvénient à ce que je revienne alors me voilà. Mais si je me suis trompé ou si vous êtes occupée aujourd’hui, je pourrais comprendre, hein. _ Si vous voyiez votre tête ! Vous avez l’air totalement décontenancé. C’est trop mignon. _ C’est que je n’ai pas vraiment l’habitude _ Allez, entrez mais ne faites pas de bruit. Montez par l’escalier et prenez la première porte à droite, attendez-moi là, je vais m’occuper de ma fille. J’obtempère, le cœur battant plus vite que jamais. J’entends Françoise dire à sa fille qu’elle a une migraine et qu’elle va se coucher, qu’elle ne veut pas être dérangée. Pendant ce temps-là, j’ouvre la porte et découvre une jolie chambre bien tenue. Je n’ose m’asseoir sur le lit, j’attends debout. Je ne dois pas avoir l’air d’être très à l’aise. En même temps, je ne le suis pas. La porte s’ouvre enfin, Françoise entre rapidement, ferme la porte derrière elle, tire le verrou et commence, sans un mot, à se déshabiller. Je reste coi. _ Restez pas les bras ballants, j’ai des choses à faire ce soir et vous aussi je suppose. On va pas perdre de temps à discuter, vous n’êtes pas là pour ça. Non ? _ Non, non, bien sûr. Je bafouille un peu en me déshabillant. Françoise est nue et s’est assise sur le lit. Je découvre ses seins bien lourds et sa chatte, bien épilée. Elle voit que je la regarde et écarte ses jambes pour se doigter tandis que je finis de retirer mon caleçon, révélant mon ...
«123»