1. Executive woman


    datte: 14/02/2018, Catégories: fhh, hbi, couplus, Collègues / Travail, hépilé, fépilée, fmast, Oral, Oral, Oral, pénétratio, double, fsodo, hsodo, confession, occasion, couple+h, bourge, hbi, Auteur: Histochris,

    Elle m’avait prévenu de cette visite de travail. Je lui avais un peu fait la tête car on s’était promis de laisser le boulot à sa place, au boulot. En plus, un dimanche avant leur départ en voyage d’affaires. La bande d’emplumés arriva en début d’après-midi. Rien que des jeunes cadres dynamiques, la mèche, le portable, chez la chef du département finances qui planchait sur le rachat d’un concurrent. Ils envahirent la maison. L’un d’eux me dit quand même bonjour, sans doute par distraction. — Face de cul, pensai-je alors qu’ils entraient tous au salon. Les laptops envahirent la pièce. Les IPhone aussi. Ma directrice financière de femme manageait sa team ! Elle portait sa tenue de manageuse de team ! Un brinexecutive woman, elle ne m’avait pas laissé de marbre avant que les fayots n’arrivent. Et les membres de la team lui souriaient. — Bon, vous avez tous vos présentations PowerPoint et lesslides sont ok ? « Les Sliiiides sont okkkkay ? » murmurai-je en gagnant la cuisine. Je t’en foutrais du slide, moi, surtout avec ton tailleur moulant. Je te jure, dès qu’ils s’arrachent les blaireaux, ça va effectivement glisser ! Va y avoir du verglas dans le salon, j’te l’dis ! Vous l’aurez deviné, j’étais légèrement à cran. Un tantinet vénère ! Bon, pensais-je en regardant Rex, qui couché dans sa panière me regardait avec compassion. Ce York a du chien, pensai-je. Je l’avais baptisé Rex, et elle Chouchou. Quand je le promenais, je le dressais, dès qu’on voyait un jeune cadre dynamique ...
    avec mèche et portable, je lui murmurais : « Attaque ! » Mais à part sa gamelle, il n’avait jamais rien attaqué. Si ! Un casse-dalle que je m’étais préparé pour écrire à mon bureau. Je suis auteur ! J’écris des romans. Je les connais par cœur. Au niveau tirage, c’est pas comme avec ma femme. Je plafonne à cinq cents exemplaires. Avec ma femme, c’est souvent Noël. Elle aime ça. Le cul. On fait une sacrée team, tous les deux ! Bon, je vais sortir le chien avant que ma queue ne me pompe tout le sang, je pourrai plus décider de rien après. Et lui, il s’oubliera dans la cuisine. Rex ne voulait pas sortir. Encore un qui ne m’obéit pas ! Putain, je suis trop cool ! J’me laisse aller, il faut que je remette de l’ordre dans ma vie et que je trousse ma femme sur la table de la salle à manger après le départ du dernier blaireau. Je décidai de me remettre à écrire et gagnai mon bureau. Je jetai un coup d’œil mauvais vers la team. Ma femme se régalait de voir les sous-fifres boire ses paroles. Elle se complaisait dans son rôle de manager. Elle me jeta un regard, me fit un clin d’œil. Elle avait ouvert la veste de son tailleur. Sa poitrine semblait maintenant vouloir sauter aux visages de la team. Ma femme est une bombe. Des formes, de la sensualité ! Et elle aime le sexe, je vous l’ai déjà dit. Finalement, c’est notre seul point commun, sans compter l’amour qui nous unit. À ma table de travail, je retrouvai le héros de mon livre. Il était en train de se curer le nez, assis sur le trottoir, ...
«1234...7»