1. La reine Margo - 8


    datte: 15/02/2018, Catégories: Humour sexuel, Lesbienne, Masturbation, Auteur: priss0100,

    Le cirque des monstres 2 Marchant dans une brume opaque en suivant l’ombre de la femme a deux têtes, je me sentais fébrile, exciter par ce cirque de monstre, mais en même temps je ressentais une certaine crainte à l’idée de rencontrer d’autres gens difforme. On a trop tendance à les prendre en pitié même s’ils nous intriguent et qu’on ne peut s’empêcher de les regarder avec fascination. D’un autre côté, je me disais que pour le sexe, un homme ne devait pas s’ennuyer avec notre guide à deux têtes, surtout lorsqu’elle devait leur pratiquer une double fellation. Le sourire aux lèvres, je me demandai si elles avaient chacune un amant ou un amoureux. Si oui, cela aussi devait être extrêmement excitant pour les gars de baiser une sœur avec l’autre qui devait regarder et gémir autant que sa sœur vue qu’elles avaient le même sexe. Je me demandais ou Marie avait bien pu dénicher ces gens-là. Jamais je n’avais entendu parler d’un cirque de monstres. On ne pouvait pas marché a l’aveugle comme ça bien longtemps dans ma salle de bal sans rencontrer un mur, ce fut plutôt une roulotte de gitan très colorer qui apparue, mais difficile a distingué dans ce brouillard verdâtre. J’aperçus des fenêtres éclairées de l’intérieur et fermées par des rideaux derrière lesquelles passaient des ombres inquiétantes. Interloquer, je me demandais bien comment ils s’y étaient pris pour faire entrer ça ici ou si c’était simplement un décor de théâtre. Ma salle de bal était plutôt vaste, mais tout de même. ...
    Sacré Marie va, elle m’étonnera toujours. Soudain, on entendit des rires et les applaudissements d’une foule, sur notre gauche. Les inviter a la fête de Jeanne sans aucun doute et la fête doit commencer. Moi et ma sœur on se regarda genre : « ouf, on est pas seul ce soir avec ces monstres. » Tout ça était très déstabilisant, surtout notre guide. Le monstre à deux têtes au corps de déesses tira sur nos laisses de collier de chien pour nous amener à l’arrière de la roulotte. On grimpa quelques marches à sa suite, l’une derrière l’autre, éclairer par une pâle lanterne et elle nous fit entrer par une porte étroite. On se retrouva effectivement à l’intérieur d’une roulotte de gitan, comme on les imagine, remplie de babioles et de costumes de scène et... de monstre et tous nus, évidemment. Encore une fois, je rester statufier par les étranges personnages que je de découvrit, Jeanne aussi d’ailleurs. D’abord, je vis un géant avec un barbe en trident, terriblement musclé qui était en train de se faire faire une pipe assit dans un grand fauteuil au fond de la roulotte devant une autre porte. Une fille à poil aux longs cheveux roux très épais et à genoux, nous tournant le dos, lui pratiquait cette fellation. Elle avait un cul sublime, mais entre ses cuisses écarter je vis stupéfaite qu’elle avait une grosse paire de couilles pendante sans poil et un pénis au repos avec un long prépuce, qui se balançait chaque fois qu’elle donnait de la tête. Un vrai la sienne, contrairement au gode en ...
«1234...14»