1. essai transformé (1)


    datte: 22/02/2018, Catégories: Gay, Auteur: enzbat, Source: Xstory

    ENZBAT, c’est le surnom que l’on nous donne pour Enzo et Batiste. Inséparable depuis l’enfance, on vit ensemble, en colocation, depuis plusieurs années. Nous n’avons jamais eu de relations gay, ni ensemble, ni chacun de notre côté. Certainement pas attirés par les hommes, mais pas plus que ça non plus par les femmes. On vit une vie tranquille, on a les mêmes passions, le même boulot dans le même entreprise, on fait ce qu’on veut quand on veut, mais toujours ensemble. On est toujours d’accord sur tout. Un jour de juillet, en pleine coupe du monde, mon père nous invite à voir le match de l’équipe de France, à la campagne, chez sa copine et ses enfants, une petite bande d’ado de 17 à 20 ans ; devant une bière suivie d’un apéro dinatoire. Batiste et moi acceptons l’invitation. Le match était super, on a descendu quelques bières, puis quelques apéros, du rosé à table et un petit digestif, autant dire qu’il y avait un trop d’alcool dans le sang. La copine de mon père refuse de nous laisser partir : -Enzbat ! Vous avez trop bu pour prendre la voiture, vous allez dormir ici, j’ai une chambre, le lit n’est pas très grand mais vous êtes sûr de ne tuer personne sur la route ! Batiste et moi sommes d’accord. Elle nous montre la fameuse chambre, en effet le lit n’est pas très grand mais il n’y a aucune ambiguïté entre Batiste et moi, ça ne pose donc pas de problème. Il est environ 3h du matin, tout le monde est couché depuis à peine ½ heure, et déjà des petits bruits de grincements se ...
    font légèrement entendre. Je suis couché sur le côté gauche, comme d’habitude, Batiste se penche sur moi et me chuchote tout doucement à l’oreille : -Enzo ? Tu dors ? Je fais un petit de non de la tête. Il me dit : -Je crois que le père est sur bobonne ! Ou alors, les jeunes se font plaisir ! Je sens son érection dans mon dos et lui réponds : -Apparemment les petits bruits t’excitent !! Il me dit qu’il est désolé, et qu’il ne sait pas ce qui lui arrive pour bander comme ça. Voilà plusieurs minutes que les ébats des chambres voisines sont finis. Batiste se penche encore une fois sur moi, et me dit : -Ils ont fini, y’a plus un bruit. Je réponds : -En effet, mais toi, tu es toujours dans le même état ! Mais qu’est-ce qui te fait bander comme ça ? C’est pas moi j’espère ?? Immédiatement : -Non !! Enfin je ne crois pas. En fait, je n’en sais rien. Tu sais, je n’ai jamais rien fait avec un homme, je ne peux pas savoir. Je me retourne, sur le dos, et lui dit que je n’ai jamais été attiré par les hommes, et que moi non plus je ne sais pas. Il me propose alors de se mettre, en même temps, une main dans nos caleçons, juste pour « essayer », voir ce que ça fait que de se toucher. Je ne sais pas trop, je n’ai pas plus envie que ça, et lui demande si il veut vraiment toucher. -si on n’essaye pas, on ne saura pas ! Il a raison. -A trois, on touche ! 3 ! On se retrouve tous les deux, mon bras droit croisé à son bras gauche, allongés sur le dos, la main dans le caleçon de l’autre. Ça ne fait ...
«123»