1. En formation à Paris


    datte: 24/02/2018, Catégories: ffh, Collègues / Travail, hotel, rasage, jouet, Auteur: Laurepeggy, Source: Revebebe

    Première journée : C’est prévu depuis longtemps, mais je ne suis vraiment pas très motivé de passer ces quatre jours à Paris pour une formation. Le programme n’est pas passionnant et l’idée de passer quatre nuits à l’hôtel loin de ma femme n’aide pas. Seul point positif, je suis accompagné par une collègue et nous avons déjà prévu de visiter la capitale pour occuper nos soirées. Comme nous le redoutions, le programme de la formation n’est pas passionnant du tout, cela va être très long mais il faut bien que je m’y intéresse si je veux obtenir l’augmentation que mon patron m’a promise. Par chance, c’est une formatrice, une belle brune d’une quarantaine d’années. Dès la pause du matin, ma collègue me fait remarquer que la formatrice ne semble pas insensible à mes charmes et que j’ai dû bien me rincer l’œil quand elle est venue se placer en face de moi pour vérifier mon travail. Je lui réponds qu’elle se trompe, je n’ai rien vu, et je pense qu’elle est juste sérieuse dans son travail de formatrice. Dès le retour de la pause, je repense au discours de ma collègue. Aurais-je loupé un beau spectacle ? Moi qui ai toujours eu un petit côté voyeur et qui adore apercevoir une dentelle dépassant d’un décolleté ou les prémices d’un string. Suite à tout cela, je décide de m’intéresser beaucoup plus à la formatrice qu’au contenu de la formation et, arrivé à la fin de la première journée, il est vrai qu’elle vient beaucoup plus auprès de moi qu’auprès de ma collègue féminine et que j’ai pu ...
    apercevoir plusieurs fois un beau décolleté. Je termine la séance avec deux questions : cherche-t-elle à me séduire ? et que porte-t-elle, culotte ou string ? car la jupe de son tailleur ne m’a pas permis de le définir. Finalement, je vais peut-être trouver un intérêt à ces quelques jours d’escapade. Ma collègue me propose de nous retrouver vers 20 heures devant l’hôtel pour dîner ensemble, car elle souhaite faire quelques courses. J’en profite pour finir d’installer mes affaires dans ma chambre, de prendre une douche et d’appeler ma femme. 20 heures arrivant, j’enfile une tenue décontractée et descends attendre ma collègue au pied de l’hôtel. À ma sortie de l’ascenseur, je la croise qui rentre seulement de sa séance de shopping. Elle s’excuse, m’assure qu’elle va se dépêcher de se préparer et que je n’ai qu’à boire un verre au bar de l’hôtel. Elle me l’offre pour se faire pardonner. Je m’installe au bar et lui confirme que c’est normal qu’elle soit en retard vu le nombre de sacs avec lesquels elle revient. La soirée se poursuit simplement avec dîner et promenade dans le parc du Luxembourg et remontée des Champs-Élysées où l’on s’installe pour boire un verre en terrasse. Nous profitons de la douce soirée de printemps en échangeant des banalités sur nos vies respectives. Il est vrai que nous nous connaissons assez peu, même si on travaille dans la même boîte depuis plusieurs années, puis revient le sujet de la journée : — Je suis sûre qu’elle te drague.— Mais non, tu te fais ...
«1234...36»