1. Il faisait si chaud


    datte: 26/02/2018, Catégories: fh, couplus, Collègues / Travail, Oral, pénétratio, fsodo, tutu, occasion, Auteur: Mauricebernard,

    Il faisait si chaud Nous sommes dans un grand immeuble de bureaux et je reçois deux hommes pour une réunion de travail, dans une salle. C’est la fin d’après-midi et nous sommes tous harassés par la grosse chaleur qui pénètre même à l’intérieur du bâtiment. Je propose un rafraîchissement à mes invités et je t’appelle pour y pourvoir.Il faisait si chaud Nous sommes dans un grand immeuble de bureaux et dans une salle, je reçois deux hommes pour une réunion de travail. C’est la fin d’après-midi et nous sommes tous harassés par la grosse chaleur qui pénètre même à l’intérieur du bâtiment. Je propose un rafraîchissement à mes invités et je t’appelle pour y pourvoir. À leur grande surprise, tu arrives juste habillée d’un petit ensemble en lin, jupe courte et droite et une sorte de caraco, en haut, laissant ton ventre et ton dos nus en partie ; la pièce de tissu ne fait que couvrir tes seins qu’on devine libres, et elle est juste reliée par deux petites bandes de tissu à ta jupe. Jambes nues tendues sur des sandales à talons et, comme tu as très chaud, tu viens de te mouiller les cheveux courts. Avec ton sourire le plus aimable – mais aussi le plus envoûtant – tu leur demandes ce qu’ils souhaitent boire. Une fois enregistrée leur « commande », tu te disposes à aller la chercher mais le plus jeune, dans la trentaine, reste fasciné par le spectacle que tu leur offres Comme tu te tournes pour aller chercher les boissons, il admire ton dos nu et ton cul à peine caché par la jupe, puis ...
    son regard suit tes jambes jusqu’à tes chevilles Tu t’amuses à te retourner en ouvrant la porte de la salle. Alors il ose : — Pourrais-je savoir où je peux me rafraîchir un peu, s’il vous plaît ? En le regardant avec un air très coquin dans les yeux, tu lui réponds en souriant qu’il suffit qu’il te suive et que tu vas lui montrer l’endroit Tu sors en roulant très légèrement des hanches, sachant que le regard du type est rivé dessus. La suite, c’est toi qui me l’as racontée plus tard dans la soirée ! Dans le couloir, il se rapproche de toi et échange quelques banalités, juste pour reluquer ton décolleté vers tes seins nus et qui commencent à bander. Tu sais bien à quoi il pense et, comme il fait si chaud ce jour-là, tu te dis que tout est possible et permis. Ton ventre se serre et tu sens ton clito qui commence à durcir au bord de ta chatte déjà mouillée Vous voilà arrivés devant la petite pièce obscure dans laquelle se trouvent les boissons et un lavabo. Tu ouvres la porte, regardes si personne ne passe dans le couloir et, en souriant, tu lui fais signe d’entrer avec toi. — Il y a de l’eau fraîche ici, vous allez pouvoir en profiter, lui indiques-tu en refermant la porte sur vous. L’endroit est très petit et, tout naturellement, tes hanches viennent effleurer son corps, comme par hasard. Comme tu tournes la tête vers lui en disant : — Excusez-moi, c’est très étroit ici, je vous gêne sans doute ? L’homme, déjà complètement sous ton charme, balbutie quelques mots et ose poser sa ...
«1234...»