1. Notre histoire - Première partie


    datte: 27/02/2018, Catégories: grp, couple, extracon, cocus, Collègues / Travail, piscine, échange, confession, couple, couple+f, Auteur: Eric,

    Je suis cocu. C’est aujourd’hui une certitude. Cette situation c’est moi-même qui l’ai causée, même si, aujourd’hui, elle échappe à mon contrôle. Ma femme me trompe, et me voilà muni d’une paire de cornes qui ne cessent de s’allonger, mais chaque fois que j’y songe je ne peux m’empêcher de bander, et même de me masturber. Mais laissez-moi vous raconter comment nous en sommes arrivés là. Anne et moi vivons ensemble depuis plus de 10 ans. Elle a 35 ans et c’est une superbe brune à la peau mate et aux yeux verts. Elle mesure 1m72 pour 58 kg, un corps ferme, des formes féminines et une poitrine à tomber par terre. J’aurais donc dû être le plus heureux des hommes mais, au fil des années, je ne parvenais plus à me satisfaire de sa seule plastique. J‘essayais de lui faire partager mes fantasmes, qu’elle m’exprime les siens. Mais elle restait toujours aussi sage et réservée. Attention : elle n’était pas pour autant une sainte-nitouche et se donnait à moi presque quotidiennement. Nous faisions l’amour dans toutes les positions, dans toutes les pièces de notre maison, je pouvais la lécher, la doigter, elle me suçait et me laissait recouvrir de mon sperme son corps sans jamais protester. Je lui rasais sa belle petite chatte toutes les semaines et elle me laissait bien souvent la faire jouir sous mes doigts tandis que je lui susurrais à l’oreille un fantasme de mon choix. Qui donc aurait pu ne pas s’en contenter, et combien d’hommes souhaiteraient pouvoir n’en faire que la moitié à ...
    leur épouse ? Mais pour moi cela n’était jamais assez. J’aurais voulu sortir en club avec elle, la voir s’occuper d’autres femmes, la donner à d’autres hommes, l’exhiber devant des groupes de mâles qui l’auraient touchée et arrosée de leur foutre. Je rêvais de trio, d’échangisme et de bien d’autres choses encore. Mais si elle m’écoutait raconter toutes ces histoires pendant que je la caressais, il était pour elle absolument hors de question pour elle de les concrétiser. Elle m’écoutait, semblait bien souvent en retirer un certain plaisir, et même une grande excitation, mais c’était tout. Je me contentais donc de scruter le regard des autres hommes, et des femmes, quand nous nous promenions ensemble, et Dieu sait qu’elle attirait l’attention. Toute sa féminité et son corps superbe ne pouvaient que déclencher les regards. Mais ces fantasmes il n’y avait qu’avec elle que j’avais envie de les vivre. Hors de question pour moi de la tromper, même en pensée. Je lui étais donc depuis toujours fidèle, sans que cela ne me pose d’ailleurs la moindre difficulté, aucune autre femme n’ayant jamais pu susciter de désir équivalent. Je m’étais donc résolu à me contenter de cela même si, une fois encore, le mot contenter est bien fort car, après 10 ans, je prenais toujours autant de plaisir à la prendre, à lui donner du plaisir et éjaculer en elle. Mes propositions d’expériences nouvelles s’espaçaient donc et elle ne semblait pas s’en plaindre. Pourtant il y a six mois tout a changé. Nous étions ...
«1234...7»