1. Lioubov à l'Abbaye de Ker Ozen (3)


    datte: 27/02/2018, Catégories: Partouze, Auteur: pierheim,

    Le priapisme, provoqué bien involontairement par la tisane du Père Cil, ennuyait au plus haut point le Père Igor. Pendant la journée, il avait beau se masturber à maintes reprises, semant sa semence à tout vent, rien n'y faisait. Cette douloureuse érection persistait et devenait de plus en plus inquiétante. Le Père Limpainpin avait pourtant procédé durant plusieurs jours à l'application de cataplasmes à base de poudres dont il gardait jalousement le secret, mais le phallus du Père Igor restait en permanence érigé et semblait même avoir encore augmenté de volume. Au moins la nuit, pendant qu'il était crucifié, son sexe érigé le gênait beaucoup moins et se trouvait rafraîchi par la douceur nocturne. Mais pendant la journée, le frottement à chaque mouvement du gland turgescent contre la toile rêche de son habit commençait à provoquer de graves irritations ; il fallut avoir recours à la pharmacie du Père Chlorure pour parvenir à éliminer la formation des champignons du Père Igor (qui n’étaient malheureusement pas des truffes, ni même des cèpes). Cette situation lui devenait insupportable ; il ne semblait pas y avoir de remède capable d’annihiler cette érection, aussi le Père Plex consentit à ce que la robe de bure soit découpée afin que dans la journée il puisse continuer à fabriquer ses petits bâtards sans être trop gêné. Évidemment, tous ceux qu'il croisait avaient une vue magnifique de la queue du Père Igor. Le moine d'origine espagnole – le Padre Mission – s'en donnait à ...
    cœur joie et ne manquait pas une occasion de se moquer de lui et de l'appeler, à chaque fois qu'il le voyait, avec son grand sourire, le Père y Gourdin ou « bite au vent ». L'ironie de cet hidalgo farceur rendait le Père Igor noir de colère. Cette situation provoquait beaucoup d'agitation et troublait la douce quiétude de ce lieu de prière, et certains moines n'hésitaient plus à transformer les paroles des cantiques en chansons paillardes : « Laver Maria » étant un des plus doux ; mais que dire du « Minuit chrétiens, c'est l'heure solennelle » devenu « Mets-la profond, déchire ma rondelle », ou encore de cette chanson « La bite à l'air, les couilles pendantes » composée par le Père Cussion et qui plus tard deviendra un succès en évoquant deux îles ? Aussi le Père Plex crut bon, pour ramener un peu de sérénité au sein de la congrégation, de prendre contact avec la Mère Supérieure, la Mère Sibocou, du couvent de Mouillépartansec, afin d'essayer de ramener ses ouailles dans le droit chemin. C'est ainsi que les moniales se rendirent, cornettes au vent, jusqu'à la sinistre abbaye de Ker Ozen. Impressionnées par l'imposant édifice, beaucoup gardaient le silence. Seule la Mère Cure conversait avec la Mère Ciboulette en lui prodiguant divers conseils sur les régimes pour garder la ligne. Le Père Plex accueillit les religieuses et les conduisit jusqu'au cloître, où l'on était en train de préparer la croix du Père Igor pour sa crucifixion nocturne. Celui-ci s'allongea sur le bois et se ...
«123»