1. Surpris par mes cousines (3)


    datte: 28/02/2018, Catégories: Partouze, Auteur: Espadon, Source: Xstory

    Aussitôt, je commençai à travailler la chatte de Noémie. Vu qu’elle n’était plus vierge, je pouvais la sauter avec vigueur. C’est exactement ce que je faisais tandis que ma douce partenaire fermait les yeux, la respiration saccadée. Sa poitrine semblait se soulever avec difficulté, déclenchant chez moi un début d’inquiétude. Cette attitude énervait l’impétueuse Florence qui finit par intervenir : — Vas-y, fourre - la à fond. On voit que tu as fait ton éducation sexuelle avec des vieux boulards qui sentent le moisi. Les personnages de tes films de cul gardaient leurs slips ou bien quoi ? Cette sortie eut le don de faire sourire Noémie dont les yeux venaient de se rouvrir pour me fixer d’un air un peu moqueur que je ne lui connaissais pas. Ainsi donc, ces deux salopes s’entendaient pour se payer ma tête ? Attendez un peu, mes belles, je vais m’occuper de vos culs tout de suite et fini les mignardises et autres gamineries. Reprenant mon affaire avec plus de conviction que jamais, je serrai nerveusement Noémie dans mes bras et l’écrasai de tout mon poids, déclenchant un couinement de protestation. « Ha ha, on fait déjà moins la maline ? Mais attends un peu, je vais te montrer comment je défonce les salopes dans ton genre moi. » Je m’enfonçai d’un puissant coup de reins, me propulsant sans aucune précaution au plus profond de son sexe. Sourd à ses gémissements de protestation, je continuais à la pistonner avec vigueur. Je sentais sa chatte s’humidifier au fur et à mesure que je ...
    la travaillais. Pour faire bonne mesure, mes mains saisirent ses loches et commencèrent à les presser fermement. Finalement, ce traitement avait l’air de plaire à cette petite pute qui commença à gémir sous cet assaut brutal. J’en eu la confirmation quand elle jouit puissamment peu avant moi. — Allez, retire-toi et nettoie les dégâts que tu as fait avec ta langue. — Quoi ? — Tu te magne ou il faut que je te fasse une démonstration ? Mais il est pas possible ce mec ! Allez, sort ta langue et fait la serpillère dans sa chatte. On t’a léché et sucé à tout va deux fois aujourd’hui, tu peux bien nous rendre la pareille, non ? — Sans compter que ce n’est pas bien de ne pas nettoyer après usage, glissa malicieusement Noémie qui reprenait ses esprits. Je me pliai à la demande de Florence- plutôt à son exigence- et j’entrepris de toiletter la charmante Noémie. J’écartai les parois élastiques de son sexe et commençai à lécher cet amas de chairs plus ou moins flasques et moites de diverses sécrétions. Cet aspect n’était pas des plus ragoûtant et je fis mine de recracher ce que je raclais avec la langue. — Flo, regarde ce qu’il fait ! se plaignit Noémie. — On récupère tout et on avale tout ! Ca fait des heures qu’on se trimballe avec ton sperme dans l’estomac, alors goûte un peu à notre production. Et profite, c’est la maison qui offre. Voyant dans ces propos un reproche à peine voilé et ne voulant pas contrarier Florence, je décidai d’obtempérer. Après tout, elle n’avait pas tout à fait ...
«123»