1. Le beurre d'escargots (1)


    datte: 28/02/2018, Catégories: Inceste, Auteur: christ771, Source: Xstory

    Tout a commencé un matin du 13 juillet lorsque cette année mon épouse Natalie plantureuse femme de trente-huit ans m’a demandé de préparer le beurre pour les escargots avec ma fille Élodie jolie blonde de dix-neuf ans qui le préparent avec elle les autres années. Je viens de perdre mon travail, ce qui me donne du temps et le premier juillet, j’ai profité d’un jour de pluie pour trouver plus de deux cents de ces gallinacés. Natalie est infirmière dans une clinique de notre ville et en ce mois de juillet part à six heures pour revenir à seize heures travaillant dans l’amplitude dès dix heures autorisées. J’ai sorti du frigo les deux kilogrammes de beurre que je suis allé acheter hier à la ferme voisine où je les ai commandés, lorsque Élodie arrive en short et débardeur me dévoilant sa généreuse poitrine. Élodie et moi avons été en conflit entre ces quinze et jusqu’à ces dix-huit ans où elle semblait vouloir régir les règles de notre famille à sa manière. Une crise plus forte que les autres nous a permis d’aplanir les problèmes et depuis nous sommes les meilleurs amis du monde. Pendant ses vacances se lever à neuf heures est un exploit pour elle, mais la chaleur caniculaire de ce mois de juillet nous oblige à commencer à cette heure avant que le beurre devienne de l’huile. J’ai installé la motte sur la table extérieure sur la terrasse, car en cas d’incident le carrelage est facilement nettoyable. • Bonjour Papounet, tu as déjà commencé. • Non, j’ai juste sorti les ingrédients, ...
    la spécialiste, lorsque tu le prépares avec Natal. • Persil, ail, sel poivre, il manque les deux échalotes. • Je vais les chercher. Je les épluche et je les apporte. Après avoir tout broyé, nous commençons à tous malaxer ensemble. Le beurre est à bonne température et nous en avons plein les mains. Il nous reste à le mettre en boudin dans de l’aluminium. Par jeu, je mets un peu de beurre sur le bout de son nez. • Tu veux jouer, on va être deux. Élodie prend un peu de beurre dans le tas et me l’applique sur la figure. • Tu crois que tu peux me faire cela à ton père sans risque pour tes fesses comme il y a quelques années. • C’est sûr, la fessée que tu m’as donnée alors que j’avais été odieuse était méritée, mais ce que j’ai oublié de te dire ce jour-là, c’est le plaisir que j’ai eu lorsque je me suis caressé après être monté dans ma chambre, à ce jour, c’est la plus grande décharge d’adrénaline que mon corps a fait éclater en moi. • Tu jouissais alors que j’étais presque en pleurs dans la salle de t’avoir battu moi qui avais toujours refusé d’arriver à de telles extrémités. • Quand j’ai fini de jouir, je me suis demandé si j’avais envie d’être masochiste. C’est pour que tu recommences que j’ai continué, mais comme rien ne venait, j’ai préféré que l’on devienne amis. • Oui, mais pas question que j’accepte de me laisser mettre du beurre sur la figure. Je reprends un peu de produit sur ma main et la plaque sur son débardeur. Au passage, je prends conscience de la dureté des seins ...
«1234»