1. Comme vous et moi... ou presque !


    datte: 01/03/2018, Catégories: hhh, fhhh, vidéox, facial, Oral, Oral, 69, pénétratio, double, Partouze, journal, fhhh, Auteur: Fwm,

    Sabrina était comme vous et moi. Enfin, un peu plus comme vous : moi, je suis un homme. Mais elle me raconta il y a quelque temps, la nuit où elle put enfin réaliser son fantasme. Sabrina n’était pas du genre à cracher sur la vie. Et parce que généralement un orgasme, c’est meilleur avec un sexe qu’un vibromasseur, elle avait tout compris sur la façon de parler aux hommes, de se faire aller avec eux. Son fantasme, il n’avait dans le fond rien de si extraordinaire : elle voulait s’offrir pour la nuit à trois hommes. Sans complexes, sans peur. Elle savait que son sexe se contracterait sur un superbe pieu dressé grâce à la violence des coups de boutoir de celui qui n’aurait aucun mal à la prendre en levrette par la voie de derrière. Elle n’attendait qu’une seule autre chose de cette soirée : qu’elle ne soit pas trop essoufflée, au point de ne pouvoir sucer le troisième homme qu’elle avait invité. Mais cette nuit alla bien au-delà de ses espérances. L’intrigue qui suit est son histoire, et je n’ai aucune raison de ne pas y croire.Elle appréhendait légèrement. Je la connaissais assez pour savoir qu’elle avait parcouru le corps de bien des hommes. Non, je peux vous l’assurer, elle n’était pas de celles que l’on qualifie vulgairement de fille facile, ces filles qui vous allument, font semblant de vous porter de l’intérêt dans le seul but d’obtenir leur propre satisfaction sexuelle. Elle, elle annonçait tout haut la couleur, et tout de suite. À prendre ou à laisser. Moi, je vous ...
    dirais bien de la prendre, et dans tous les sens. Mais ce soir-là, trois d’un coup, elle savait qu’elle aurait fort à faire. Et puis, elle n’avait comme expérience que les films pornos qui l’avaient émoustillée. Alors ce soir, capote et lubrifiant à volonté sur la table de nuit.Elle avait prévenu les trois hommes qu’elle avait déjà mis dans son lit : elle voulait être envahie, mais sans violence, par les trois hommes. Ils devaient être bestiaux mais sans la violenter. Elle n’était pas là pour être transformée en marchandise sexuelle de porno de bas étage où les filles sont droguées pour être violées. Pour le reste, elle verrait le moment venu.Et le moment était enfin venu. Le soir où elle allait connaître le plaisir de tous les bords et en même temps. Comme de bien entendu, les trois hommes arrivèrent à l’heure, à la minute près. Une petite bise chacun ? Non, une grosse pelle et une vérification pour voir si les attributs de ces messieurs étaient à la bonne place. — Allez, Messieurs, ne soyez pas intimidés ; baisez-moi ! Le show commença. Le premier, Benoît, était plutôt grand, mince, le teint halé, musclé. Une vraie caricature de beau gosse. Le deuxième, Mathieu, 1,90 m et 19 centimètres, black. Le troisième était Éric ; il n’avait pas de spécificités physiques bien particulières, mais savait y faire avec les femmes : c’est bien seulement ce qui comptait ce soir-là. Un baiser fougueux du premier, un sexe collé dans mon dos, le troisième qui, tout en me caressant un sein, aurait ...
«1234...»